Retour

Le tarif d'Hydro-Québec freine les mines de cryptomonnaies dans la Manicouagan

Hydro-Québec impose un tarif dissuasif provisoire aux entreprises liées à la chaîne de blocs qui veulent se brancher à son réseau électrique. Cette décision suscite du mécontentement dans la Manicouagan, où plusieurs projets pourraient être compromis.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

La Régie de l'énergie a approuvé mardi la fixation d'un tarif de 15 cents par kilowattheure pour les nouveaux clients d'Hydro-Québec qui exploitent des équipements informatiques pour un usage cryptographique.

Les élus de la Manicouagan trouvent que le tarif est trop élevé. Ils jugent que ces compagnies devraient payer leur énergie au même prix que les clients industriels, soit un peu plus de 3 cents le kilowattheure.

Avec le tarif provisoire d'Hydro-Québec, la Manicouagan devra oublier les entreprises qui veulent implanter des projets liés aux cryptomonnaies. « Jusqu'à présent, Hydro a encore les deux mains sur le volant [...] Ils ont encore le contrôle sur l'électricité. Il n'y a personne qui ne leur en vole. Ils ne se font pas poursuivre par personne. Je vois pas l'urgence de mettre un tarif à 15 cents pour freiner les demandes. Ils nous niaisent déjà », s'emporte le promoteur d'une mine de cryptomonnaie à Ragueneau, Jason Lagacé

Baie-Comeau veut également pouvoir choisir le tarif qu'elle imposera à ces promoteurs sur son réseau électrique municipal. Le maire demande au gouvernement du Québec de soutenir le développement des municipalités en respectant leurs décisions.

Les élus de la MRC de Manicouagan vont encore plus loin. Ils réclament la moitié du bloc de 500 mégawatts qu'Hydro-Québec prévoit accorder aux nouveaux acheteurs d'énergie pour des projets liés à la chaîne de blocs et aux cryptomonnaies.

En attendant de voir qui obtiendra ces mégawatts, les élus et les promoteurs de la région participeront à une audience de la Régie de l'énergie, mardi prochain. Les tarifs qu'Hydro-Québec veut imposer à cette industrie seront à l'ordre du jour.

Avec les informations de Marlène Joseph-Blais