Le taux de chômage a atteint 6,9 % en décembre au pays, en hausse de 0,1 point de pourcentage par rapport à novembre, indique vendredi Statistique Canada. Ce résultat s'explique par le fait que l'emploi a progressé (54 000 ou 0,3 %), mais moins rapidement que le nombre de personnes actives sur le marché du travail.

Le taux de chômage a baissé en Colombie-Britannique (0,3 point de pourcentage), en Alberta (0,5), en Saskatchewan (0,3) et à l'Île-du-Prince-Édouard (0,1), mais s'est dégradé partout ailleurs.

Au Québec, le taux de chômage a augmenté de 0,4 point de pourcentage pour atteindre 6,6 %. L'emploi a progressé de 20 000 en décembre, grâce à une hausse du travail à temps plein. Le nombre de personnes à la recherche d'un travail a progressé davantage.

La Colombie-Britannique est la seule autre province ou l'emploi a significativement augmenté, avec une hausse de 17 000 personnes.

En Ontario, le taux de chômage a légèrement augmenté de 0,1 point de pourcentage pour s'établir à 6,4 %.

Les nouveaux emplois créés sont le plus souvent à temps plein, précise l'agence fédérale. Ils se trouvent dans le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques, ainsi que dans le secteur des sons de santé et de l'assistance sociale.

Le groupe démographique qui a le plus bénéficié de la situation est celui des femmes de 25 à 54 ans, qui enregistre une hausse de 31 000 en décembre. Leur taux de chômage a cependant aussi augmenté de 0,2 point de pourcentage pour atteindre 5,4 % en raison des nouveaux demandeurs sur le marché du travail.

La situation des hommes du même âge est pratiquement inchangée; leur taux de chômage est de 6,2 %.

Le nombre de personnes de 55 ans et plus cherchant un travail a aussi bondi, de sorte que leur taux de chômage a grimpé de 0,5 point de pourcentage, à 6,2 %. Celui des jeunes de 15 à 24 ans est stable, à 12,6 %.

Un taux de chômage en baisse depuis un an

Statistique Canada profite par ailleurs de la divulgation de ses données mensuelles pour souligner que le taux de chômage a diminué de 0,2 point de pourcentage au cours des 12 derniers mois.

L'emploi a progressé de 214 000 (1,2 %), ce qui constitue la hausse la plus importante en un an depuis 2012. L'an dernier, la hausse était de 155 000.

La quasi-totalité de l'augmentation observée à ce chapitre s'est produite entre août et décembre. Il s'agit cependant d'emplois à temps partiel dans plus de 70 % des cas.

La Colombie-Britannique est la province qui enregistre la plus forte augmentation de l'emploi pour une deuxième année de suite, avec 72 000 personnes de plus au travail (3,1 %).

Au Québec, l'emploi a progressé de 90 000 (2,2 %), grâce à une augmentation du travail à temps plein. Le taux de chômage de 6,6 % est en baisse de 1,3 point de pourcentage par rapport à décembre 2015.

En Ontario, l'emploi a augmenté de 81 000 depuis un an, ce qui a contribué à faire reculer le taux de chômage de 0,3 point de pourcentage. Les postes créés sont le plus souvent à temps partiel cependant.

La situation est moins rose en Alberta, où le nombre d'emplois a baissé de 19 000 depuis l'an dernier, faisant grimper le taux de chômage de 1,5 point de pourcentage, à 8,5 %.

Taux de chômage de 4,7 % aux États-Unis

Au sud de la frontière, le taux de chômage a crû de 0,1 point de pourcentage en décembre pour s'établir à 4,7 %, selon les données publiées vendredi par le département du Travail. Quelque 156 000 emplois ont été créés, mais les analystes en espéraient 175 000.

Les États-Unis comptent maintenant 7,5 millions de chômeurs, soit 120 000 de plus qu'en novembre.

Les créations d'emplois ont été particulièrement notables dans les secteurs de la santé (43 000), des services sociaux (20 000), des restaurants et débits de boissons (30 000).

En novembre, le taux de chômage de 4,6 % déclaré par l'administration Obama était le plus bas des neuf dernières années.

Plus d'articles

Commentaires