Retour

Le trajet Vancouver-Seattle en une heure à l’étude 

Bien que l'idée d'un train à grande vitesse qui relierait Vancouver à Seattle et Portland ne soit pas nouvelle, le gouverneur de l'État américain de Washington, Jay Inslee, vient de mettre 1 million de dollars de côté dans son budget 2017-2019 pour financer une étude de faisabilité.

Le directeur du Centre de transport de l’État de Washington, Mark Hallenbeck, avance que la région Cascadia, soit celle qui inclut Vancouver, Seattle et Portland, a le profil géographique et démographique pour accueillir un train rapide.

« Il s’agit de la bonne distance où elle est assez courte pour entrer en compétition avec ce qu’offre un avion. Si cette distance était un peu plus longue, l’avion deviendrait beaucoup plus avantageux », soutient-il. De plus, Mark Hallenbeck rappelle que les trois villes ont une taille assez importante pour occasionner beaucoup de déplacements entre elles. Il y a également plusieurs occasions économiques pour faciliter du mouvement constant.

Un coût prohibitif

Le plus grand obstacle au projet est son financement. Mark Hallenbeck estime qu’il en coûterait plusieurs milliards de dollars pour le mettre sur place, en partie à cause du prix de la terre. « Le vrai enjeu, c’est l’immobilier. On ne peut pas faire circuler un train rapide comme le TGV [le train à grande vitesse en France] sur des rails traditionnels. Nous devons trouver la bonne manière de construire les nouveaux rails de train », explique-t-il.

Selon lui, trouver un endroit où les poser, surtout dans des endroits déjà densément occupés comme le centre-ville de Seattle ou de Vancouver, est un défi. La construction en hauteur, au-dessus même d’autoroutes existantes, augmenterait de façon significative les coûts de construction.

L’étude proposée par le gouverneur Jay Inslee prendra en compte la faisabilité économique d’un train ultra rapide, dont la vitesse s’élève à 400 km/h. L’étude déterminera la location possible des stations, l’impact environnemental du projet, les options technologiques, ainsi que la compatibilité du train avec les modes de transport qui existent déjà. Le rapport sera présenté devant la législature le 15 décembre 2017.

Solution de rechange aux problèmes de congestion

Malgré les coûts d’un tel projet, Mark Hallenbeck dit qu’un projet de train à grande vitesse est une option de plus en plus intéressante étant donné la congestion qui va en augmentant dans la région. « Les autoroutes sont pleines, les aéroports sont pleins. affirme-t-il. Lorsqu’on constate la capacité de ces lieux, on se dit que si nous continuons de grossir, nous allons devoir trouver mieux ».

Le budget de l’État de Washington est en ce moment en cours de révision par la législature. Il devrait être adopté au printemps et entrer en vigueur dès le 1er juillet 2017.

Selon des informations de CBC News

Plus d'articles