Retour

Le virage éolien se fait attendre au Nouveau-Brunswick

Le climat politique favorable au développement de l'énergie éolienne n'est pas au rendez-vous au Nouveau-Brunswick selon des experts rassemblés dans la Péninsule acadienne dans le cadre de l'ÉcoFestival.

Le directeur de la Coopérative d'énergie renouvelable de Lamèque, Paul Lanteigne, participait cet après-midi à une table ronde à Shippagan où il a sévèrement critiqué la stratégie gouvernementale en matière d'énergie renouvelable.

« Pour développer de l'énergie avec des projets communautaires, il faut que les planètes s'alignent. Et puis il faut qu'il y ait un climat politique favorable à ça pour favoriser le développement. Disons que le gaz de schiste nous a pas mal volé la vedette », a déclaré M. Lanteigne.

Le représentant d'Énergie NB à l'événement, Michel Losier, en a laissé plusieurs sur leur faim lorsqu'il a déclaré que la province se donne comme objectif d'atteindre 40% d'énergie renouvelable d'ici quatre ans. Cela représenterait une hausse de 5 %.

Ce dernier affirme qu'une façon d'atteindre cet objectif serait de miser sur l'énergie éolienne. Or, depuis quelques années le Nouveau-Brunswick a un peu oublié cette source d'énergie.

« On a beaucoup de vent. Il s'agit d'avoir un marché pour. Il s'agit d'avoir, à mesure qu'on avance, je crois qu'avec les technologies qui nous viennent, l'éolien peut faire sa place », affirme M. Losier.

Rappelons qu'il y a quelques années, des promoteurs voyaient le Nouveau-Brunswick comme l'Arabie saoudite du vent.

Toutefois, avec la baisse du prix du pétrole, on parle beaucoup moins de l'énergie éolienne. Par exemple, depuis cinq ans, les éoliennes à Lamèque génèrent assez d'électricité pour alimenter 8000 maisons.

« Je pense que le gouvernement de la province ainsi qu'Énergie NB devraient peut-être approcher les municipalités ou des groupes qui favorisent le développement de l'énergie éolienne pour voir s'il n'y a pas du développement à faire dans ce sens », explique M. Lanteigne.

Équiterre critique le Nouveau-Brunswick

Le cofondateur du groupe environnementaliste Équiterre, Steven Guilbeault, participait à l'événement et ce dernier critique sans réserve le Nouveau-Brunswick pour ne pas avoir pris le virage de l'énergie éolienne.

« Il y a eu quelques projets, mais c'est resté somme toute timide. Alors que partout autour de vous [...] il y a plusieurs provinces et états autour de vous qui ont vraiment pris ce virage-là », a-t-il dit.

M. Guilbeault tire en exemple l'Île-du-Prince-Édouard qui a résolument pris le virage de l'énergie éolienne avec une production de 25 %, tout comme la Nouvelle-Écosse et le Québec.

L'ÉcoFestival de la Péninsule acadienne aboutira à un grand forum citoyen en novembre et il sera encore sûrement question à ce moment d'énergie éolienne.

D'après le reportage de Michel Nogue

Plus d'articles

Commentaires