Retour

Le vol à l'étalage, un phénomène plus important à Val-d'Or qu'ailleurs en région

Les commerçants de Val-d'Or prennent tous les moyens pour contrer le vol à l'étalage. Cependant, plusieurs autres vols ne sont pas résolus et entraînent des milliers de dollars en perte aux commerçants. La fraude devient aussi de plus en plus présente et difficile à déjouer.

Un reportage d'Émélie Rivard-Boudreau

En 2016, la Sûreté du Québec a reçu 91 appels pour le vol à l'étalage à Val-d'Or, comparativement à 80 à Rouyn-Noranda. Au Canadian Tire de Val-d'Or, le vol à l'étage fait perdre près de 100 000 dollars par année au propriétaire.

« Si tu n'as pas de caméra ou de système de sécurité, tu vas te faire voler énormément », prévient Gilles St-Michel qui croit tout de même que le phénomène est moins criant en région que dans les grands centres.

Chez Rona - Bois Turcotte, de Val-d'Or, on estime perdre jusqu'à 4 % du chiffre d'affaires. Des dizaines de milliers de dollars ont été investis pour surveiller la clientèle et les employés. La maison-mère donne aussi des formations de prévention.

Augmentation des cas de fraude

Malgré tous ces efforts, un autre méfait est en croissance, soit celui des fraudes, remarque la présidente Sylvie Turcotte.

« C'est vraiment grave!, s'indigne-t-elle. Nous, on s'est fait frauder de 7000 dollars, il n'y a pas longtemps, à cause d'une carte de crédit! Ça, quand il y a de la fraude sur une carte de crédit, puisqu'on n'est pas vigilants et qu'on ne demande pas la carte d'identité, on en est responsables. »

Selon la Sûreté du Québec, le vol à l'étalage n'est pas un enjeu majeur. La police provinciale s'implique plutôt en mars, à l'occasion du mois de la prévention de la fraude. Elle outille les commerçants à mieux détecter les fraudes dans leurs établissements.

Plus d'articles

Commentaires