Retour

« Les caisses d'aujourd'hui sont faites pour les riches » - l'ex-PDG de Desjardins Claude Béland

Claude Béland pose un regard sombre sur l'état du Mouvement Desjardins à quelques jours de l'élection du successeur de Monique Leroux à la tête de l'établissement. « On a laissé tomber le mot mouvement devant Desjardins », selon son ancien PDG.

Gérald Fillion

Un texte de Gérald Fillion
TwitterCourriel

« On a négligé le mouvement », affirme Claude Béland dans une entrevue à RDI économie. Selon lui, Desjardins adhère à un modèle économique qui, aujourd'hui, favorise les inégalités.

« Depuis les années 1900, dit-il, M. Desjardins et sa suite avaient réussi à rester à contre-courant et à progresser. Mais, depuis une quinzaine d'années, des choix ont été faits par ceux qui dirigent Desjardins. » Et ces choix sont ceux d'inscrire Desjardins dans la « pensée unique », de l'avis de Claude Béland.

C'est tout le conseil d'administration qui a fait ce virage, selon l'homme de 84 ans. Un virage qui s'est amplifié sous la direction de Monique Leroux, qui a été cadre à la RBC avant de se joindre à Desjardins.

« Au cours des dernières années, on a vraiment [installé] la culture bancaire. Vous savez, les banques, c'est fait pour les riches. Si vous avez un million de dollars, vous le déposez, on ne vous demandera rien dans votre compte d'épargne. Mais si vous avez peu de sous, on va vous charger 6,95 $. [...] Les caisses d'aujourd'hui sont faites pour les riches », ajoute Claude Béland.

L'ancien patron du Mouvement affirme, par ailleurs, que Desjardins ne joue plus de rôles social et politique. « Je doute que Mme Leroux pourrait présenter un mémoire sur une question politique », dit Claude Béland, qui avait lui-même déposé un mémoire sur l'indépendance du Québec devant la commission Bélanger-Campeau.

Au rythme où vont les choses, Desjardins ne comptera plus qu'un seul conseil d'administration, une seule caisse et 300 succursales dans 5 ans, prédit Claude Béland. Comme ça s'est fait dans les « credit unions » en Colombie-Britannique. Il déplore aujourd'hui l'étiolement de « l'école économique qu'était Desjardins », alors que « des milliers et des milliers de Québécois se sont initiés à la finance en étant administrateurs de 1330 caisses ».

Plus d'articles

Commentaires