Retour

Les Caisses populaires acadiennes ont dit non à Desjardins

La Fédération des Caisses populaires acadiennes a décidé de faire cavalier seul dans ce qui se veut la plus grande transformation de son histoire.

L'image de marque dévoilée plus tôt cette semaine par le président-directeur général, Camille Thériault, fait partie de cette transformation. Ce virage ne serait pas la seule option pour assurer l'avenir des Caisses populaires.

Le président-directeur général du Mouvement Desjardins de 2000 à 2008, Alban D'Amours, affirme que la Fédération aurait mieux fait de se joindre au Mouvement Desjardins au Québec.

« C'est un choix stratégique, politique, qu'ils ont fait et je leur souhaite bonne chance. Les défis seront très grands. De croître, de se développer et de répondre aux besoins de leurs membres et de survivre dans cet environnement-là », affirme M. D'Amours.

Depuis les derniers mois, il surveille avec beaucoup d'attention ce qui se passe du côté de la Fédération des Caisses populaires acadiennes puisqu'au début des années 2000, il a tenté lui-même de convaincre Camille Thériault de devenir membre à part entière du réseau québécois.

L'offre comprenait un accès à tous leurs services, mais aussi à l'expertise de Desjardins. La fédération a toujours refusé, contrairement à la Fédération des Caisses populaires de l'Ontario, qui a décidé de tenter l'expérience.

La Fédération ontarienne, qui compte 13 caisses, 55 points de services et deux centres financiers pour entreprises, s'est jointe en 2004 au Mouvement Desjardins.

Avec le recul, les dirigeants croient toujours que c'est la meilleure décision qu'ils pouvaient prendre pour l'avenir de ces Caisses en Ontario. Les Caisses sont plus performantes et ils ont su aller chercher de nouveaux membres.

« Nous étions déjà une institution financière rentable en 2004, nous le sommes encore plus aujourd'hui. Nous avons une solidité financière incomparable, alors c'est garant de la décision que nous avons prise et nous, en Ontario, on bénéficie de tout ça », affirme le président de la Fédération des Caisses populaires de l'Ontario, Stéphane Trottier.

Or, pour une question d'indépendance, et surtout d'identité, les Caisses populaires acadiennes ont refusé de s'allier davantage au Mouvement Desjardins.

Cela ne fait pas partie non plus des discussions pour l'avenir. Le Mouvement Desjardins restera quand même fournisseur de certains services et produits, dont AccèsD, les guichets et les cartes de crédit.

D'après le reportage de Karine Godin

Plus d'articles

Commentaires