Retour

Les Canadiens doivent en moyenne 22 125 $, en plus de leur hypothèque

La dette de consommation moyenne des Canadiens s'élevait à 22 125 $ à la fin du mois de mars, si on exclut le montant de leur hypothèque, révèle un rapport de la firme de crédit Equifax.

Il s’agit d’une hausse de 2,8 % par rapport à l’an dernier, indique le Rapport des tendances de crédit à la consommation publié par la société.

Si l’on tient compte du montant des hypothèques, la dette totale des Canadiens s’élevait à 1729 milliards de dollars, en hausse de 6,9 % par rapport au premier trimestre de 2016.

Le Manitoba et le Québec sont les deux provinces où les gens sont les moins endettés, avec des dettes personnelles estimées respectivement à 18 312 $ et 18 617 $.

Les Canadiens les plus endettés sont les Albertains, qui doivent en moyenne 27 871 $ à leurs créanciers, loin devant les Saskatchewanais, dont la dette personnelle s'élève à environ 24 462 $.

Défaut de paiement

Equifax rapporte que 1,15 % des Canadiens se trouvaient en défaut de paiement à la fin du mois de mars, une situation qui survient lorsque leurs paiements sont en retard de plus de 90 jours.

C’est en Nouvelle-Écosse (1,81 %), au Nouveau-Brunswick (1,75 %) et à Terre-Neuve-et-Labrador (1,55 %) que les consommateurs se retrouvent le plus souvent dans cette situation précaire.

Equifax souligne que le nombre de Terre-Neuviens qui sont en défaut de paiement a bondi de 23 % en un an. Ce taux a par contre baissé de 6,1 % en Ontario et de 5,6 % au Québec et au Manitoba.

« Dans l'ensemble, malgré des chiffres de dette en hausse, les paiements mensuels sont faits à temps et il y a moins de faillites », a commenté Regina Malina, directrice principale des analyses et des données à Equifax Canada.

« Au même moment, les consommateurs cherchent encore du crédit après plusieurs trimestres de ralentissement, stimulés par les activités en Ontario et dans les provinces de l'Est », ajoute-t-elle.

Plus tôt cette semaine, le directeur parlementaire du budget a prévenu que la capacité des ménages à rembourser leurs dettes s'affaiblira davantage encore lorsque les taux d'intérêt reviendront à des niveaux plus normaux.

« Les ménages qui doivent consacrer une part importante de leur revenu disponible au service de leurs dettes sont vulnérables aux revenus négatifs et aux hausses des taux d'intérêt, et ils sont plus susceptibles de ne pas rembourser leurs dettes », a-t-il conclu.

Plus d'articles

Commentaires