Retour

Les Canadiens doivent s'habituer aux faibles taux d'intérêt, dit Poloz

Les citoyens du Canada, et non seulement les chefs d'entreprise, doivent « s'adapter à la réalité des faibles taux d'intérêt », a averti mardi le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz.

À sa première allocution dans la ville de Québec depuis qu'il a pris la tête de l'institution, M. Poloz a soulevé le fait que les Canadiens ont raison de craindre que de bas taux d'intérêt sur une période prolongée rendent plus difficile de financer leur retraite grâce à leurs économies.

Vivre plus longtemps avec des taux plus bas

M. Poloz a entamé son discours devant 400 économistes et personnes d'affaires en abordant le problème des taux d'intérêt qui sont bas depuis la crise financière mondiale de 2008. Les personnes retraitées sont insatisfaites, raconte-t-il, car elles ont économisé leurs vies entières et reçoivent maintenant très peu.

L'allongement de l'espérance de vie complique encore plus la situation, a mentionné le haut fonctionnaire de carrière qui a aussi été économiste et chef de la direction d'Exportation et Développement Canada de 1999 à 2011. Il faut financer une retraite qui dure encore plus longtemps, a-t-il poursuivi.

Une économie à stimuler

Si les bas taux d'intérêt à long terme apparaissent comme une nouvelle réjouissante, « les entreprises doivent aussi s'ajuster en réduisant leurs attentes quant aux rendements futurs des investissements ».

L'économiste a également appelé les entreprises à maintenir leurs investissements pour stimuler l'économie, tout en révisant leurs attentes.

Quand les investissements ralentissent, la production potentielle d'une économie croît elle aussi plus lentement. Et cela peut renforcer la tendance à la baisse des taux d'intérêt, analyse Stephen Poloz.

Un retour à la pleine production

M. Poloz a accentué le rôle des gouvernements et l'importance des dépenses publiques en infrastructure tout en prônant la libéralisation de l'échange. « Nous devons tous encourager le libre-échange au Canada et ailleurs, en cette période où le monde semble commencer à douter des avantages du commerce international », insiste-t-il.

Selon lui, le retrait des obstacles au commerce interprovincial, le Partenariat transpacifique et l'accord commercial entre le Canada et l'Union européenne pourraient avoir un « effet non négligeable » sur la croissance économique.

Stephen Poloz est l'invité de l'Association des économistes québécois, du Cercle finance du Québec et de CFA Québec. Il a été nommé gouverneur de la Banque du Canada par le gouvernement conservateur de Stephen Harper, en mai 2013.

Plus d'articles

Commentaires