Retour

Les caprices de Dame Nature ont des conséquences pour les commerçants locaux

Plusieurs commerçants du Nouveau-Brunswick doivent essuyer des pertes financières et de produits après que la province a connu deux tempêtes consécutives dans la même semaine.

« Une tempête pour nous c'est deux jours de pertes, alors que cette semaine ça a été pratiquement toute la semaine [et] aujourd'hui on voit que ça va repartir mais ce sont des ventes qui n'existent pas », explique Gilles Ratté, propriétaire du Groupe culinaire.

Or depuis une semaine la plupart des municipalités néo-brunswickoises ont reçu plusieurs centimètres de neige. Les tempêtes consécutives ont paralysé plusieurs services, dont des établissements scolaires et des commerces.

À Moncton par exemple, la plupart des entreprises étaient fermées lorsque les tempêtes battaient leur plein, créant une déception chez les commerçants qui tirent habituellement profit de la St-Valentin.

« Théoriquement cette semaine devait être une très bonne semaine parce que c'est la St-Valentin, les gens sortent beaucoup plus [et donc] ça nous affecte beaucoup au niveau des revenus », a fait savoir M. Ratté.

Par ailleurs, l’impact ne se fait pas seulement sentir chez les propriétaires, mais aussi chez les employés.

Le propriétaire de restaurants rappelle qu’en raison du blizzard, plusieurs restaurants ont dû fermer.

C'est plusieurs heures de travail pour nos employés qu’ils perdent [et] j'ai beaucoup de monde qui vit de paie en paie [alors] j’ai beaucoup de mères et de pères de famille qui m'appellent pour qu'on les aide. 

Gilles Ratté, propriiétaire du Groupe culinaire

« On n’est pas gros donc notre budget n'est vraiment pas énorme [et] on ne peut pas se permettre d'avoir beaucoup de perte », a fait quant à elle fait remarquer Hélène Charretier, gérante de l'épicerie Dolma Food de Dieppe.

Dans la dernière semaine, il est tombé un peu plus d’un mètre de neige sur Moncton.

Avec les informations de Nicolas Steinbach