Retour

Les commerces de l'Est participent à leur façon au Vendredi fou

Les soldes du temps des fêtes prennent leur envol aujourd'hui à l'occasion du Vendredi fou, cette journée où magasins de grande surface et centres commerciaux proposent des aubaines pour attirer les consommateurs. Des commerces de l'Est du Québec participent à leur façon à cette tradition américaine de plus en plus populaire au pays.

Sur la Côte-Nord, l’équipe d’Atmosphère et de Sports experts de Sept-Îles s’est préparée toute la semaine pour accueillir les clients.

L’année passée, on a été vraiment surpris de l’ampleur que ça a pris. Ça a été une journée plus grosse que le Boxing Day.

Alexandre Thibeault, responsable des ressources humaines et service à la clientèle

Le responsable des ressources humaines et du service à la clientèle, Alexandre Thibeault, constate que le contexte économique difficile de Sept-Îles incite les consommateurs à chercher des rabais.

« Ils vont venir surtout acheter les cadeaux de Noël à l’avance pendant le Vendredi fou », signale-t-il.

Même son de cloche du côté du magasin La vie en rose de Sept-Îles, où la gérante, Alexandra Martel, affirme que le Vendredi fou de 2015 a été un grand succès.

On espère que ça va fonctionner autant cette année.

Alexandra Martel, gérante, La vie en rose à Sept-Îles

Certains commerces offrent toutefois des rabais moins intéressants que d’autres, comme l’a remarqué un consommateur croisé au centre commercial Place de Ville.

« Ça dépend des places, parce qu’il y a des magasins que j’ai visités qui ne valent pas la peine », dit-il.

Détourner « la folie de consommation »

En Gaspésie, des commerces à New Richmond organisent les Folies de minuit, une manière ludique d’inviter les gens à se présenter dans leur boutique.

La Librairie Liber, qui participe à l’événement depuis quatre ans, ouvre ses portes jusqu’à minuit et propose une fête.

La nouvelle propriétaire, Mélanie Langlois, y voit la possibilité de célébrer la lecture et la culture, tout en offrant de petits rabais aux lecteurs.

C’est une façon pour nous de détourner la folie de consommation et d’amener cela plus du côté de la célébration. On démontre aux gens que leur librairie est vivante.

Mélanie Langlois, propriétaire, Librairie Liber

Depuis plusieurs années déjà, la tradition du Vendredi fou prend de plus en plus d'ampleur au pays, surtout depuis que le dollar canadien a perdu du galon face à la devise américaine.