Retour

Les crabiers madelinots très inquiets des conséquences d'une fermeture hâtive de la pêche

Les pêcheurs de crabes des neiges des Îles-de-la-Madeleine se montrent très inquiets de la fermeture hâtive de la pêche dans la zone 12F, située dans le sud du golfe Saint-Laurent, afin de protéger les baleines noires.

Un texte de Félix Morrissette-Beaulieu

Depuis plusieurs jours, les crabiers madelinots sont coincés à quai, en attente de la fonte des glaces au Cap Breton. Leur départ doit être coordonné avec celui des pêcheurs néoécossais.

Si cette situation se prolonge, les Madelinots pourraient ne pas atteindre leur quota, comme l'explique le représentant des crabiers de la zone 12F, Bruno-Pierre Bourque.

« Si il y a une fermeture hâtive à cause de ça, on va avoir perdu un temps précieux à cause des glaces ».

M. Bourque indique que, selon son permis de pêche actuel, la pêche doit se terminer à la fin du mois de juin, plutôt que le 15 juillet, comme c'est le cas habituellement.

« On a une téléconférence presque tous les jours pour savoir quand l'on peut sortir le plus tôt possible », ajoute le pêcheur.

La présence de glace sur les côtes de la Nouvelle-Écosse n'est pas une situation exceptionnelle, selon M. Bourque.

L'inquiétude provient de la diminution des journées de pêche et la possible fermeture par Pêche et Océans Canada, pour une période de 15 jours, de la zone 12F advenant la présence de baleines noires.

Dix bateaux des Îles-de-la-Madeleine et six de la Nouvelle-Écosse pêchent dans la zone 12F.

Plus d'articles