Retour

Les effets de la grève à la mine d'IOC commencent à se faire sentir à Labrador City

Alors que la grève des travailleurs de la mine d'Iron Ore Company (IOC), à Labrador City, entre dans sa septième semaine et que les négociations sont au point mort, l'économie tourne au ralenti dans la communauté.

La Chambre de commerce du Labrador Ouest encourage d’ailleurs les deux parties à reprendre les pourparlers.

Ramona Atkins, propriétaire de Premium Business Solutions, qui offre un service d’imprimerie, dit que son entreprise a ressenti immédiatement les effets de l’arrêt de travail à la mine. Elle dit que les affaires ont diminué de moitié.

Mme Atkins indique que personne n’a été mis à pied, mais qu’il y a moins d’heures de disponibles pour ses employés.

« Mon travail dépend de la mine à 100 % », affirme quant à lui le chauffeur de taxi Nick Blake.

M. Blake dit qu’il fait normalement 300 $ par quart de travail, mais seulement 150 $ depuis le début de la grève. « Si la mine ne roule pas, les gens n’ont pas d’argent et ils ne sortent pas », résume-t-il.

M. Blake comprend néanmoins les revendications des travailleurs. « Je suis prosyndicat à 100 %, ça fait mal de voir plusieurs de mes amis être affectés. »

« Si ça dure tout l’été, j’imagine que plusieurs de mes amis devront partir », redoute M. Blake.

IOC est l’un des plus importants employeurs à Terre-Neuve-et-Labrador. Plus de 1000 travailleurs sont en grève.

Les salariés ont déclenché une grève le 27 mars après une impasse dans leurs négociations avec l’employeur. Les principaux points en litige portent sur les pensions, l'âge de la retraite et les congés de maladie.

Le syndicat soutient que les nouveaux employés auraient seulement droit à une fraction du montant des pensions des anciens employés si les propositions patronales étaient acceptées. L'âge de la retraite serait d'autre part augmenté et les travailleurs n'auraient pas droit au taux horaire bonifié avant d'avoir rattrapé les heures perdues en congé de maladie.

Au Québec, 195 travailleurs aux installations d’IOC à Sept-Îles perdront leur travail le 14 mai, une décision que la minière dit motivée par la grève des travailleurs d'IOC à Labrador City.

La Chambre de commerce du Labrador Ouest s’est réunie cette semaine. Le président de la Chambre, Toby Leon, dit que les propriétaires d’entreprises qui ont participé à la rencontre ont tous raconté avoir subi les contrecoups de la grève ces dernières semaines.

« Un contractant qui fait beaucoup d’affaires avec IOC n’emploie plus que 10 % de sa main-d’oeuvre », affirme-t-il.

La Chambre de commerce a écrit cette semaine au Syndicat des métallos et à Iron Ore pour les presser de retourner à la table des négociations. Leur message aux deux parties est simple : « Si vous ne vous parlez pas, vous n’allez rien régler », dit Toby Leon.

Avec les informations de Jacob Barker de CBC