Retour

Les éleveurs de boeuf saskatchewanais craignent une renégociation de l'ALENA

Les producteurs de bétail saskatchewanais s'inquiètent de possibles pertes économiques si les États-Unis renégocient l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et rétablissent un régime d'étiquetage coûteux.

Le président américain Donald Trump a récemment affirmé qu’il était prêt à engager de nouvelles négociations de l’ALENA avec ses homologues canadien et mexicain qu’il doit rencontrer prochainement.

Les États-Unis constituent un marché d'exportation essentiel pour le bétail de la Saskatchewan. En 2015, le marché américain était la seule destination internationale pour le bétail vivant, avec des exportations évaluées à plus de 457 millions de dollars.

Par ailleurs, les chaînes d'approvisionnement agricoles nord-américaines sont fortement intégrées à de nombreuses installations d'alimentation et de transformation des États-Unis qui recherchent la qualité et la valeur du bœuf canadien.

Le président de l’Association des éleveurs de bétail en Saskatchewan espère que toute renégociation de l’ALENA ne reviendra pas sur l’étiquetage du bétail. En 2015, une grande bataille a été gagnée sur ce plan, rappelle-t-il. L'Organisation mondiale du commerce a confirmé une décision antérieure selon laquelle l'étiquetage du pays d'origine aurait un impact inéquitable sur les producteurs canadiens et mexicains de bœuf.

Sur l'ensemble des exportations de la province, 60 % sont destinées à nos voisins du sud, ce qui représente 27 milliards de dollars annuellement.

Avec des informations de Pamela Kazekare

Plus d'articles

Commentaires