Retour

Les employés de la LCBO décident s’ils veulent aller en grève

Le procédé de vote pour 7500 employés des succursales de la LCBO partout dans la province s'est mis en branle et continuera jusqu'à mardi soir. Ceux-ci décident s'ils veulent donner un mandat de grève à leur syndicat.

Le gouvernement provincial planifie de laisser 450 épiceries partout en Ontario vendre de la bière, du vin et du cidre. Selon le président du syndicat des employés de la LCBO, les employés s’inquiètent à propos de cette possibilité.

« Lorsqu’on donne ses parts de marché à d’autres, les profits vont dans les poches des entreprises privées au lieu du bien commun », selon Warren Thomas.

Selon lui, ces profits servent aujourd’hui à payer pour les écoles, les routes et les hôpitaux, entre autres.

De son côté, Heather MacGregor, directrice de l’association Drinks Ontario, affirme que le plan de la province est le bon. « La compétition est de bonne augure pour la LCBO. C’est aussi une bonne chose pour les épiciers. C’est excellent pour les producteurs locaux. C’est bon pour la vente d’alcool en général. Et c’est excellent pour le consommateur », selon elle.

Et la LCBO garde son avantage compétitif puisqu’elle serait la seule à pouvoir vendre des spiritueux, ajoute Mme MacGregor.

Puis, du côté de la société d’État, on se contente de dire que son but est de négocier une convention collective avec ses employés.

« Nous serons de retour à la table des négociations plus tard cette semaine et nous continuerons de négocier avec nos employés tout en prenant en compte le paysage économique en évolution », selon Christine Bujold, porte-parole de la LCBO.

La sécurité d’emploi, les horaires, la santé et la sécurité au travail sont aussi des points importants de la présente négociation.

Plus d'articles

Commentaires