Retour

Les entreprises de travaux saisonniers durement touchées par la pluie

Les entreprises de terrassement et d'aménagement paysager sont durement touchées par la pluie reçue depuis le mois d'avril. Plusieurs entreprises affichent d'importants retards dans leurs échéanciers, tandis que d'autres ont déjà perdu des contrats.

Le lancement de la saison a été repoussé d'entrée de jeu en raison du temps pluvieux. L'entreprise Les Consultants horticoles à Québec a notamment été contrainte de commencer ses travaux à la mi-mai.

« On avait 3 semaines de retard pour ce qui est de la construction [en raison de la pluie. Je n'ai jamais vu ça, témoigne Gaétan Chevalier, un designer paysager. Côté employé, c'est dur à gérer parce que tout le monde veut faire 40 heures et plus, comme ce sont des emplois saisonniers. »

Ce retard en début de saison a ensuite affecté toute la chaîne de production du domaine paysager. Plusieurs entreprises ont aussi dû faire face à un de nombreuses journées de pluie en juin. Selon Environnement Canada, la région de la Capitale-Nationale a connu 17 jours de précipitation en juin, alors que la normale est de 13 journées.

Réjean Côté, propriétaire de l'entreprise spécialisée en travaux de pavage Bleau Terrassement-pavage, soutient qu'il n'a jamais connu un tel retard attribuable à la pluie en 47 ans de carrière.

« C'est exécrable. […] On a déjà eu deux ou trois annulations. [Les clients] perdent patience ou ils changent d'idée en se disant qu'ils vont attendre à l'année prochaine », affirme M. Côté.

Les entrepreneurs mettent les bouchées doubles dès que le temps le permet. Certains embauchent du personnel supplémentaire pour accélérer les travaux.

« J'ai engagé deux employés de plus pour [arriver dans les délais], affirme Elmir Kvrgic, de l'entreprise Aménagement du Paysage K.E. Normalement on ne travaille pas quand il pleut, mais cette année, on le fait et les employés se font mouiller. »

Les entreprises saisonnières se croisent les doigts dans l'espoir qu'elles pourront rattraper les semaines perdues avant le congé de la construction.

Plus d'articles

Commentaires