L'Alberta a subi plus de dégâts des tempêtes estivales que toutes les autres provinces canadiennes additionnées, selon la compagnie d'assurance Alberta Motor Association (AMA).

Un texte de Tiphanie Roquette

Les inondations provoquées par les fortes pluies, les orages de grêle et les rafales dans la province ont coûté aux assureurs plus de 5 milliards de dollars entre 2010 et 2017, soit 61 % de tous les dégâts assurés au Canada pendant la même période.

L’assureur exclut les incendies dans ses calculs. L’Alberta a toutefois connu dans la période citée le plus gros incendie de l’histoire canadienne avec le feu de Fort McMurray.

Les deux tiers des tempêtes de grêle se produisent également dans la province de l’or noir. La plus dévastatrice est tombée à Calgary le 12 juillet 2010 provoquant 400 millions de dollars en dégâts.

Quant aux orages et tornades, les Albertains connaissent en moyenne chaque jour de l’été un épisode de vent violent.

Une intensité croissante

Les désastres naturels ne sont pas seulement plus fréquents en Alberta, ils frappent aussi plus forts, estime l’assureur dans son rapport. Même après rajustement pour prendre compte de l’inflation, les dommages albertains des sept dernières années ont coûté aux assureurs quatre fois plus chers qu’entre 2002 et 2009.

Selon le météorologue d’Environnement Canada David Phillips, la météo albertaine n’est pas seulement destructrice en été. [L’Alberta] est un terreau fertile non seulement en été, mais aussi pendant les périodes transitoires du printemps et de l’automne, dit-il.

Le vice-président aux réclamations à AMA, Ted Koleff, aimerait que les Albertains prennent plus de mesures pour prévenir les dégâts. Il recommande de s’abonner aux alertes météo d’Environnement Canada et du système d’alerte d’urgence de la province.

De simples mesures comme garer son véhicule à couvert, nettoyer ses gouttières ou s’assurer que l’eau ne coule pas à direction des fondations de la maison peuvent aussi aider.