Retour

Les fermetures de zones de pêche sont justifiées, dit le fédéral

Le ministère des Pêches et Océans (MPO) ainsi que Transports Canada estiment que les mesures prises pour protéger la baleine noire dans le golfe du Saint-Laurent sont appropriées, malgré les impacts économiques pour l'industrie des pêches.

Selon le MPO, les conséquences économiques seraient encore plus importantes pour les pêcheurs touchés si les fermetures de zones de pêche n'avaient pas été imposées.

Lors d'un point de presse jeudi, les fonctionnaires du gouvernement ont dit s'inspirer d'études et d'avis scientifiques américains pour justifier les fermetures de deux semaines et celles de zones qui touchent aussi les pêches menées en eau peu profonde et près des côtes, comme c'est le cas pour le homard.

Même si aucune étude n'est disponible pour le golfe du Saint-Laurent, Pêches et Océans Canada explique que des évaluations menées aux États-Unis à la fin des années 90 ont démontré que des baleines noires femelles et leurs baleineaux peuvent être observés près des côtes.

Les pêcheurs de homards gaspésiens et néo-brunswickois pour leur part, estiment illogique de les empêcher de travailler, alors que les dernières baleines noires aperçues ont été observées à 10 kilomètres des côtes.

Les forts vents repoussent les fermetures

Par ailleurs, Pêches et Océans Canada repousse à dimanche les fermetures de zones de pêches situées entre Percé et Port-Daniel-Gascons pour protéger la baleine noire.

Le MPO explique ce report par les forts vents qui touchent le secteur et qui rendent non-sécuritaire les opérations de pêche pour retirer les casiers à homard.

D'après les informations de Martin Toulgoat