Retour

Les fonctionnaires plus nombreux et mieux payés en Atlantique, sauf au N.-B.

L'IAEM s’est penchée sur l’étendue de la fonction publique et les dépenses qui y sont associées, en se basant sur les plus récentes données de Statistique Canada.

Trois des quatre provinces de l’Atlantique se classent parmi les provinces où la taille de la fonction publique est la plus importante. Le Nouveau-Brunswick fait bande à part, puisque le gouvernement a considérablement réduit la taille de l’État ces dernières années.

Les auteurs de l’étude, l’analyste des politiques à l'IAEM, Jackson Doughart, et le directeur de l’institut, Marco Navarro-Génie, croient que Terre-Neuve-et-Labrador, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard pourraient économiser des centaines de millions de dollars en réduisant la taille de l’appareil gouvernemental.

Ils affirment également que le Nouveau-Brunswick pourrait économiser davantage en réduisant l’écart des salaires entre l’État et le secteur privé.

« Notre étude démontre le problème d’un secteur public trop important. Ça ne fait que s’aggraver », dit Marco Navarro-Génie.

Plus de fonctionnaires que dans le reste du Canada

À Terre-Neuve-et-Labrador, il y a 109 fonctionnaires pour 1000 habitants. En Nouvelle-Écosse, il y en a 101 et à l’Île-du-Prince-Édouard 93. La moyenne nationale est 83 fonctionnaires par 1000 habitants.

Le Nouveau-Brunswick se trouve sous la moyenne nationale avec 81 fonctionnaires pour 1000 habitants. La taille de la fonction publique dans cette province est revenue à des niveaux semblables à ceux de 1997.

Des fonctionnaires mieux payés

Les employés de la fonction publique en Atlantique reçoivent des salaires en moyenne 48 % plus élevés, que dans le secteur privé selon l'IAEM.

Les fonctionnaires font en moyenne 68 600 $ par année. Le salaire moyen dans le secteur privé en Atlantique est 46 000 $.

À l’Île-du-Prince-Édouard, les fonctionnaires gagnent en moyenne deux fois plus que leurs confrères dans le secteur privé.

Diminuer les salaires pour économiser

Les auteurs de l’étude soulignent que réduire les salaires des fonctionnaires permettrait aux provinces de faire des économies importantes.

Si Terre-Neuve-et-Labrador employait un nombre de fonctionnaires plus proche de celui de la moyenne canadienne et leur offrait un salaire équivalant à la moyenne, la province aurait pu économiser près d’un milliard de dollars et réduire considérablement le déficit budgétaire, selon les auteurs.

Les gouvernements de l’Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse pourraient également faire des économies en procédant de la sorte, poursuivent-ils.

Pour ce qui est du Nouveau-Brunswick, la province « doit être félicitée » pour avoir réussi à réduire la taille de la fonction publique sous la moyenne nationale, ce qui a permis de réaliser des économies de plus de 100 millions de dollars.