Retour

Les forêts privées réclament de l'aide contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette

La Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) s'explique mal qu'Ottawa ait oublié de soutenir sa lutte contre la tordeuse de bourgeons de l'épinette.

Un texte de Louis Garneau

Le budget fédéral de la semaine dernière prévoit 75 millions de dollars sur cinq ans pour freiner l'épidémie de tordeuse dans les provinces atlantiques.

Selon la Fédération, 15 000 propriétaires forestiers s'attendaient à une aide directe alors que 13 % de la forêt québécoise est affectée.

Le présent cycle d'infestation a débuté sur la Côte-Nord et s'est étendu au Saguenay avant de traverser le fleuve pour se propager au Bas-Saint-Laurent puis à la Gaspésie, analyse le directeur général.

« Ç'aurait été plus facile si la tordeuse avait débuté son cycle près des grandes villes, hein? »

La Fédération souhaite que le ministre Bill Morneau modifie ou augmente son allocation et se tourne vers Québec.

« Nous, on dit aux propriétaires de récolter leur forêt avant que leur bois ne soit plus bon pour l'industrie. Mais il y a des jeunes forêts qu'on ne peut pas récolter, les arbres sont trop petits. »

L'an dernier, Québec a injecté 10 millions $ pour des programmes d'arrosage.

Reboisement

Tout le secteur aurait pris du retard comparativement au précédent programme de lutte à la tordeuse, notamment au niveau du reboisement.

« La dernière fois, la dernière épidémie a entraîné en forêt privée la plantation d'environ 80 millions d'arbres », précise Marc-André Côté.

Pour l'épidémie en cours cependant, seulement 10 millions d'arbres ont été replantés.

D'après une entrevue à l'émission Bonjour la côte