Retour

Les grévistes de la mine de sel de Goderich bloquent l’accès au site

Dans le but de mettre davantage de pression sur Compass Minerals, l'entreprise propriétaire de la mine de sel à Goderich, près de 300 grévistes empêchent les membres de la haute direction et les briseurs de grève d'accéder au site depuis mercredi.

Les employés sont alignés côte à côte devant l’entrée principale de la mine et ont le mandat de ne laisser passer que les briseurs de grève qui finissent leur quart de travail.

C’est ce qu’a affirmé le président national d’Unifor, Jerry Dias, qui indique que ce moyen de pression sera utilisé jusqu’à ce que les deux parties parviennent à s’entendre sur un nouveau contrat de travail.

M. Dias explique que les employés en grève se relaieront jour et nuit pour faire valoir leur cause aux dirigeants de Compass Minerals.

Le représentant syndical est outré que la compagnie fasse venir des briseurs de grève du Nouveau-Brunswick et trouve honteux que ces employés externes acceptent de traverser les piquets.

Selon M. Dias, le moral des employés en grève n’est pas au mieux. Il explique qu'ils sont frustrés des décisions de la compagnie et que celle-ci refuse de les rencontrer.

Une longue grève

Les 348 employés syndiqués de la mine de sel de Goderich sont en grève depuis 10 semaines. Ils demandent que la compagnie révise certaines des modalités de leur contrat de travail comme les heures supplémentaires obligatoires et l'amputation de leurs avantages sociaux.

Sur son site web, Compass Mineral présente la structure d’une entente qui inclut une prime à la signature de 10 000 $ en plus d’une augmentation de salaire.

Gary Lynch, président de la section locale 16-0 d’Unifor, indique cependant que l’argent n’est pas le principal problème.

Il attribue plutôt le mécontentement des grévistes à l'arrivée de nouveaux gestionnaires. Plusieurs changements et d’idées différentes qui viennent d’une compagnie américaine qui ne vont pas de pair avec la Loi sur les normes de l’emploi ou avec nos manières de faire au Canada, dit-il.

La mine d’extraction de sel, qui est située plus de 500 m sous le Lac Huron, fournit du sel servant au dégivrage à des villes et clients en Amérique du Nord.

Dans un courriel envoyé à CBC, un porte-parole de Compass Mineral indique que la compagnie s’apprête à prendre des mesures exécutoires pour que l’exploitation de la mine continue. Le courriel explique que le blocus des grévistes viole l’ordre de la cour visant à restreindre les activités de piquetage sur le site.

La compagnie se dit aussi déçue que ses employés risquent leur sécurité et celle de la mine.