Pêches et Océans Canada a fait connaître jeudi le plan de pêche des homardiers des Îles-de-la-Madeleine. La flottille des Îles pourra partir le 5 mai à 5 h le matin, si les conditions de vent le permettent.

Un texte de Joane Bérubé

La mise à l’eau des casiers pourrait être retardée si les prévisions pour les vents sont supérieures à vingt nœuds.

Chaque pêcheur est autorisé à utiliser 273 casiers. La taille minimale des homards capturés est de 83 mm.

La saison des 325 pêcheurs de la zone 22 s’étendra jusqu’au 7 juillet.

L'ombre de la baleine noire

Comme c'est le cas pour les pêcheurs gaspésiens, les mesures de protection de la baleine noire associées au plan de pêche au homard de la zone 22 se limitent pour l’instant à la quantité de cordages à la surface de l’eau, à l’identification des bouées et à la déclaration d’engins perdus.

Pêches et Océans Canada a toutefois indiqué aux pêcheurs gaspésiens que même si aucune fermeture de zones n'était prévue dans leur plan de pêche, il n'était pas exclu que le protocole de protection en cours d’élaboration impose de telles mesures.

Les pêcheurs de homard des provinces maritimes devront composer avec des fermetures complètes et des fermetures temporaires de zones de pêche lorsqu’une baleine noire sera repérée.

Le président du Rassemblement des pêcheurs et pêcheuses des côtes des Îles, Charles Poirier, rappelle que les Madelinots avaient demandé au ministère de démarrer la saison le 12 mai ce qui aurait été plus propice à la pêche en raison de la température de l'eau.

Pêches et Océans a toutefois refusé, pour que la saison puisse se terminer avant l'apparition des baleines noires dans cette zone du golfe.

Advenant que les homardiers des Îles soient soumis aux mêmes règles que les pêcheurs du Nouveau-Brunswick, Charles Poirier souligne que des fermetures de zone, même temporaires, pourraient avoir un impact considérable pour l'économie des Îles était donné l'importance de la pêche au homard.

L’an dernier, neuf millions de livres ont été débarquées aux Îles, du jamais vu en 150 ans de pêche au homard.

Parallèlement, la valeur du homard a connu une hausse de 52 % pour atteindre 116,2 millions de dollars en 2017.

Plus de 65 % du homard pêché au Québec provient des Îles-de-la-Madeleine.