Retour

Les industriels de la pêche du Québec demandent l'équité avec leurs homologues de l'Atlantique

Les industriels québécois de la pêche demandent à Ottawa de recevoir des subventions qui leur permettraient de moderniser leur équipement comme leurs homologues des provinces de l'Atlantique.

D’après les informations de Léa Beauchesne

Le directeur général de l'Association québécoise de l'industrie de la pêche à Québec hier (AQIP), Jean-Paul Gagné, rappelle que le montant de 325 millions sert à améliorer leur compétitivité.

Les compagnies québécoises doivent avoir leur part du gâteau pour faire face à de nouveaux défis, soutient le directeur, qui donne en exemple la pêche au sébaste. Le moratoire sur ce poisson devrait être levé bientôt soutient-il. « L’Institut Maurice Lamontagne nous dit qu’en 2019-2020, vous devriez avoir des quotas. »

Le ministre Lessard s’impatiente

Le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, Laurent Lessard, s’impatiente aussi de ne pas avoir de réponse du fédéral.

Il demande aux représentants d'Ottawa d’envoyer un message clair que le dossier chemine. « Ils ont montré de l’ouverture, mais depuis ce temps-là, il n’y a pas eu de signaux.

Pendant ce temps, le jour même, le gouvernement fédéral accordait une subvention de près de 2 millions et demi de dollars aux pêcheurs de l'Île-du-Prince-Édouard. Cette somme doit permettre aux pêcheurs de munir leurs bateaux d'équipements de stockage pour garder leurs prises au frais plus longtemps.

L'investissement provient du nouveau Fonds des pêches de l'Atlantique de 400 millions de dollars sur 7 ans, annoncé l'an dernier. Le ministre québécois affirme qu'il existe une iniquité entre les pêcheurs québécois et ceux des Maritimes.

L'AQIP a 40 ans

Somme toute, malgré certains défis comme la modernisation des usines et la baisse de quotas à venir pour la crevette, l'industrie se porte bien et les industriels s'en réjouissent. Le quarantième congrès de l'AQIP s'est terminé jeudi soir à Québec.