Retour

Les lignes aériennes du Yukon victimes de la pénurie nationale de pilotes

Les transporteurs aériens du Yukon affirment perdre des pilotes au profit des grandes lignes aériennes en raison d'une pénurie nationale de pilotes commerciaux.

L'Association du transport aérien du Canada estime que l'industrie de l'aviation est aux prises avec un manque de 300 à 400 pilotes par année. La pénurie est due aux mises à la retraite, au manque de jeunes pilotes certifiés et à une industrie en croissance.

Le président de la compagnie Air North, Joe Sparling, affirme avoir perdu plus tôt cette année trois à quatre pilotes. Selon lui, il faut miser sur la qualité de vie au Yukon pour les garder au territoire.

La présidente d'Alkan Air, Wendy Taylor, est également préoccupée par la situation bien qu'elle affirme être encore en bonne posture pour le nombre de pilotes à ses côtés. Son entreprise gère également une école de vol.

Wendy Taylor admet que le défi à l'avenir, si le nombre d'étudiants augmente, sera de recruter et retenir des instructeurs qualifiés.

Alkan Air détient actuellement le contrat d'ambulances aériennes pour le Yukon, mais la présidente soutient que les pilotes de ces appareils ne sont pas présentement visés par les grandes lignes aériennes.

Une pénurie mondiale à venir

Le président de l'Association du transport aérien du Canada, John McKenna, explique que la pénurie touche particulièrement les lignes régionales qui utilisent des appareils populaires comme le Boeing 737, l'un des avions les plus populaires au monde qui est utilisé par Air North ainsi que WestJet et Sunwing.

« Il peut en coûter 80 000 $ pour former un pilote alors [le défi pour les transporteurs régionaux] est de retenir ses pilotes assez longtemps. Et comment les retenir? Avantages sociaux, programmes de retraite, des choses que les entreprises ont développées pour retenir les pilotes. C'est un problème majeur. »

John McKenna affirme que selon les données utilisées par l'industrie, 250 000 pilotes pourraient manquer dans le monde d'ici 20 ans.