Retour

Les Madelinots prêts pour le Sommet sur le transport aérien régional

La communauté des Îles-de-la-Madeleine dépose ses propositions pour améliorer la desserte aérienne de l'archipel. Les Madelinots entendent soumettre ces demandes à Québec lors du Sommet sur le transport aérien régional qui aura lieu vendredi à Lévis.

Un texte de Joane BérubéLa Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine demande que les infrastructures aéroportuaires, ainsi que les appareils qui desservent les Îles, puissent être en mesure d’assurer une desserte aérienne fiable et sécuritaire.

Les Madelinots reviennent entre autres à la charge avec l’allongement de la piste d’atterrissage. Ils demandent aussi la révision des équipements de déglaçage et de distribution de carburant.

Les habitants de l’archipel croient qu’il serait possible, entre autres, d’ajouter des vols supplémentaires vers les Îles et d’adapter le type d’appareil aux différentes situations.

La Communauté rappelle que le développement du tourisme et le transport de marchandises sont freinés par des infrastructures déficientes et des tarifs élevés et instables. Les élus estiment que la desserte aérienne actuelle limite considérablement les possibilités d’exportation des produits locaux, comme les fruits de mer frais.

Selon eux, la santé des personnes est également menacée quand surviennent des pénuries de médicaments ou lorsque les avions-ambulances ne peuvent pas atterrir sur l'archipel.

Le tarif aérien, croient les Madelinots, devrait être abordable pour l’ensemble des passagers.

Les élus des Îles-de-la-Madeleine soulignent notamment que « lorsque le transporteur principal est en situation de monopole, on remarque un effet négatif sur les prix et une insuffisance de sièges à certaines périodes de congestion. »

Pour réduire le prix des billets, les Madelinots pensent que Québec pourrait notamment diminuer la portion de la taxation sur le prix du billet, bonifier le programme de réduction des tarifs aériens et déterminer un prix plancher pour les insulaires.

Les élus des Îles veulent aussi que le transport par cargo pour la marchandise et les médicaments soit amélioré et demandent que les transporteurs adaptent leur flotte à ce type de transport.

Dans l’ensemble, les Madelinots estiment que le problème du transport aérien se répercute aussi sur les liens socioéconomiques que peut entretenir l’archipel avec les autres Québécois.

Opposition officielle

L’exécutif du Parti québécois aux Îles s’est aussi prononcé sur les problèmes de la desserte aérienne. Si les membres du PQ aux Îles endossent les revendications de la Communauté des Îles, ils ajoutent que l’amélioration des services et la baisse des tarifs passent aussi par un marché plus concurrentiel.

Joël Arseneau, responsable des communications de l’exécutif régional du PQ aux Îles, relève qu’en Ontario ou dans les provinces de l’Ouest canadien, les tarifs sont plus accessibles et les services plus nombreux. « Quand on y regarde de plus près, c’est souvent la concurrence qui fouette l’ardeur du transporteur à améliorer ses pratiques », commente M. Arseneau.

La desserte aérienne des Îles est principalement assurée par Air Canada Jazz qui affrète un avion d’une trentaine de places. Éventuellement, celui-ci sera remplacé par un DASH-8-300 de 50 sièges. Pascan Aviation vole aussi vers les Îles à partir des aéroports de Saint-Hubert, Québec, Mont-Joli et Bonaventure avec un appareil de 19 places.

Les membres du parti de l’opposition officielle aux Îles rappellent aussi que le gouvernement a supprimé les budgets du programme d’aide au transport aérien (PATA) et qu’il a rejeté les propositions déposées par les Madelinots en 2015 pour améliorer la desserte.

Ils demandent aussi à Québec de soutenir les démarches de l’archipel à Ottawa sur l’allongement de la piste.

Classé « aéroport éloigné », l’aéroport des Îles appartient à Transports Canada et comprend deux pistes, une de 1100 m et une autre de 1372 m, une aérogare, un garage ainsi que de l’équipement d’aide électronique à la navigation et une station d’information en vol de NAV Canada.

Plus d'articles

Commentaires