Retour

Les Métallos à Washington pour discuter de bois d'oeuvre

Une délégation du Syndicat des métallos quitte Québec, lundi, en direction de Washington. L'objectif est de sensibiliser les décideurs américains concernant les conséquences d'une nouvelle surtaxe sur le bois d'oeuvre.

Un texte de Louis Garneau.

La délégation du syndicat qui compte 60 000 membres au Québec prévoit rencontrer des membres du Congrès américain et l'ambassadeur du Canada à Washington.

Ils veulent démontrer l'importance de parvenir à un règlement négocié sur le bois d'oeuvre alors que, selon eux, les deux parties seront perdantes avec les effets négatifs d'une nouvelle barrière tarifaire.

Réal Valiquette estime que les droits compensateurs américains « affecteront particulièrement le Québec, où les marges bénéficiaires des moulins sont moins élevées qu'ailleurs au Canada ».

Des experts, rappelle-t-il, pensent même que le Canada se trouvera désavantagé par rapport à d'autres pays qui exportent du bois aux États-Unis.

Dans un communiqué, le directeur des Métallos au Québec, Alain Croteau, fait valoir que les consommateurs américains seront aussi affectés que ceux du Québec à la suite d'un surtaxe.

« Les maisons vont coûter beaucoup plus cher à construire. Donc, ça va faire en sorte que l'emploi dans le secteur de la construction résidentielle risque de diminuer énormément. »

Le président local du syndicat de Chantier Chibougamau, Pierre Leblond, rappelle que « le bois récolté au nord est plus petit et pousse plus lentement ».

Selon lui, l'éloignement des scieries au Québec comporte des coûts importants qui réduisent les marges bénéficiaires des producteurs.

Plus d'articles

Commentaires