C'est un véritable coup de pied dans le déni et dans la complaisance du Québec en matière d'environnement que nous sert le professeur Normand Mousseau dans son livre Gagner la guerre du climat : 12 mythes à déboulonner, aux Éditions Boréal.

Une analyse de Gérald Fillion

Si l’ex-coprésident de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec salue le grand choix socioéconomique de la province qui a été celui de miser sur l’hydroélectricité, il souligne que nous avons raté trop d’occasions de devenir ce que nous prétendons être : des leaders en matière d’énergie verte.

« Nous sommes tout simplement incapables, aujourd’hui, écrit Normand Mousseau, de définir avec un tant soit peu de précision les technologies et les choix sociaux qui nous permettront de réduire de 80 % les émissions de GES des pays riches tout en continuant à améliorer notre qualité de vie. » Cet objectif de 80 %, c’est aussi celui du Québec en 2050, après celui de 2030, qui est de 37,5 % et pour lequel le plan détaillé se fait toujours attendre.

« Le principal défi que nous devons relever n’est pas l’approvisionnement en énergie, mais l’utilisation de cette dernière », dit le professeur Mousseau. Et il faut passer à l’action rapidement, selon lui, et cesser de donner l’impression à la population que ça se fera en douce, sans effets. C’est un mythe de croire que la réduction des gaz à effet de serre n’aura pas d’effets sur la qualité de vie. Une « rupture nécessaire » doit être acceptée pour changer les choses.

« Une fois qu’on accepte la nécessité de réduire les émissions de GES, la transformation de la société est une affaire de développement, pas d’environnement », dit Normand Mousseau. Il confirme ici que le défi économique le plus important de notre siècle, c’est le défi écologique. Autrement dit, couper dans les émissions de gaz à effet de serre est difficile sur les plans économique et politique.

En fait, réduire de 80 % le niveau de GES en 2050 par rapport à 1990, « pour le Québec, cela signifie que les émissions annuelles devront passer de dix tonnes de GES par personne à moins de deux tonnes », précise Normand Mousseau. Or, le gouvernement du Québec appuie sa stratégie actuelle sur le passage du mazout et du pétrole, dans les sources d’énergie, au gaz naturel. C’est intéressant pour l’objectif de 2030, mais « le gaz naturel ne pourrait plus être utilisé dans la société de 2050 et tous les efforts accomplis pour remplacer le pétrole par le gaz naturel, y compris la création de nouvelles entreprises spécialisées, la construction de réseaux de distribution, l’achat de matériel, auront été vains ».

Le Québec a raté le bateau!

Normand Mousseau ne mâche pas ses mots. La « pierre d’assise de la politique du Québec » s’appuie sur un autre mythe : « le Québec est un leader de l’énergie verte ». C’est exagéré, dit-il, parce que « les gains et l’impact de cette production sont, pour l’essentiel, limités à ses frontières. [...] Le Québec ne peut se targuer de multiplier les contributions technologiques significatives qui lui permettraient de rayonner dans le monde entier. Le leadership vert du Québec en matière de production est donc largement confiné à son territoire. »

Hydro-Québec a beau vouloir développer davantage son marché d’exportation, elle « arrive très tard », dit Normand Mousseau. « Les vagues de privatisation et de consolidation du début des années 2000 ont déjà permis aux grandes firmes actives dans le domaine de récolter les fruits les plus mûrs. Pour s’imposer à l’échelle mondiale, Hydro-Québec devra prendre des risques et accepter des rendements inférieurs à ceux qu’elle obtient sur son marché captif. »

Ce n’est pas la seule occasion que le Québec a laissée filer, constate le professeur de physique de l’Université de Montréal. « L’investissement massif dans le chauffage électrique n’aura pas permis de financer un savoir-faire d’avant-garde exportable. On peut donc dire, avec le recul, que la transformation du chauffage résidentiel au Québec représente une immense occasion ratée d’apporter à l’ensemble de la planète de nouvelles solutions efficaces et vertes pour le chauffage des bâtiments. »

Plus encore, « trente ans après la révolution énergétique des années 1980, le Québec n’a pas avancé d’un iota, gardant à 40 % la proportion de l’électricité dans son panier énergétique et détruisant l’élan acquis durant cette trop courte période ».

Se faire emberlificoter par la voiture électrique

Le Québec a raté des occasions, dit Normand Mousseau, et il est sur le point d’en rater une autre. La stratégie actuelle du gouvernement Couillard repose en bonne partie sur la voiture électrique. Or, « les 100 000 voitures électriques [qu’on projette en 2020 sur les routes du Québec] représenteront alors moins de 2 % du parc automobile, diminuant de 0,1 % l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre du Québec par rapport à une absence de programme. [...] Comment expliquer que nos élus choisissent de nous emberlificoter de la sorte ? » demande Normand Mousseau.

Il faut cesser d’envoyer le message que les Québécois consomment trop d’électricité, dit Normand Mousseau. Il faut plutôt continuer de remplacer nos sources d’énergie fossile par de l’électricité : « même produite de manière intermittente, écrit le professeur, l’électricité issue des nouvelles formes d’énergie renouvelable - solaire ou éolien - est beaucoup plus efficace que l’énergie produite par les hydrocarbures fossiles ».

Il ajoute que « les prix du solaire et de l’éolien ont fondu comme neige au soleil, ce qui fait que, même sans soutien artificiel, ces technologies sont aujourd’hui extrêmement compétitives en comparaison des hydrocarbures fossiles pour la production de l’électricité. [...] En 2015, 90 % des nouveaux approvisionnements en électricité proviennent du renouvelable. »

Le marché ne va pas tout régler

Taxer le carbone ou le soumettre à un marché, c’est une chose utile mais qui est incomplète, selon Normand Mousseau. Le signal du prix ne fonctionne pas bien si la part du carbone dans le coût total d’un bien ou d’un produit est faible. Il faut développer davantage les énergies renouvelables pour produire de l’électricité et réduire notre besoin en énergies fossiles. On ne peut pas, selon le professeur, s’en remettre au seul marché, solution utile pour les gouvernements qui disent agir en matière d’environnement.

Le problème avec le prix du carbone, selon lui, c’est que les provinces n’ont pas fixé le prix « à un niveau suffisant pour qu’il ait un effet sur le comportement des industries ou des citoyens ».

Normand Mousseau appelle à l’audace, la vision, la vérité expliquée, la prise de risque et un changement profond des comportements pour réduire durablement les émissions de gaz à effet de serre. Son livre a le mérite de la clarté : cessons de nous prétendre exemplaire sur le plan environnemental et agissons réellement pour devenir un modèle.