Retour

Les Paniers de la Récolte cessent leur distribution

La coopérative La Récolte de chez nous, située à Dieppe, au Nouveau-Brunswick, cesse la distribution de ses Paniers de la Récolte. La raison motivant cette décision n'est toutefois pas claire.

Les Paniers de la Récolte offraient à ses acheteurs des produits régionaux, dont des fruits et légumes, de la viandes et divers produits du terroir.

« En affaires, il y a un point tournant où [les chiffres] entrent en ligne de compte », soutient Maxime Gauvin, directeur général de la coopérative.

M. Gauvin soutient que le nombre de clients ne suffisait pas à couvrir les frais de cette opération. « Il fallait qu’on ait un certain nombre d’abonnés pour faire nos frais », a-t-il souligné.

En tout, environ 150 personnes recevaient ces paniers.

Des opinions divergentes

La coordonnatrice de la coopérative, Marina Henderson, estime quant à elle que le projet réussissait bien. « Je pense que ce projet était destiné à grandir », assure celle-ci.

« Seul le volume permet d'obtenir le coût, on y était arrivés, on était en croissance constante [et] je suis terriblement déçue », affirme Mme Henderson.

Des producteurs déçus

Certains agriculteurs locaux sont déçus que ces paniers ne soient plus distribués puisque c’est un revenu de moins pour eux.

C’est le cas notamment de Bernadette Goguen de la Ferme Marcel Goguen, à Cocagne, au Nouveau-Brunswick.

Mme Goguen croit que les Paniers de la Récolte étaient un bon moyen d’encourager l’économie locale et que cela aura un effet négatif sur les agriculteurs locaux. « Ils vont perdre une partie de leurs ventes, a-t-elle soufflé, je suis très déçue ».

Certains soutiennent que c’est d’autant plus difficile que le contrat d'approvisionnement avec le Réseau des cafétérias communautaires (RCC) dans le sud-est du Nouveau-Brunswick n'a pas été renouvelé cette année.

Continuer de soutenir l’économie d’ici

La coopérative poursuit tout de même ses activités et a l’intention de continuer à offrir son soutien aux producteurs. « Mon objectif c’est vraiment d’aller voir c’est quoi les besoins [et] voir à les appuyer dans leurs initiatives », garantit M. Gauvin.

En attendant, les producteurs d'ici rencontraient les ministres de l'Agriculture et de l'Éducation mardi, à Fredericton, afin de promouvoir les produits locaux dans les établissements scolaires.

Avec les informations de Catherine Dumas et Pierre-Alexandre Bolduc

Plus d'articles

Commentaires