Retour

Les pêcheurs de homard impatients de prendre la mer

Les pêcheurs de homard de la zone 23, qui couvre tout le nord-est du Nouveau-Brunswick, ne sauront que vendredi à quel moment ils pourront prendre la mer.

Pêches et Océans Canada avait fixé la date d’ouverture de la saison au 30 avril, mais les nombreux débris qui flottent sur l’eau et la glace persistante en mer empêchent toujours les pêcheurs de sortir.

Un comité des glaces se réunira de nouveau vendredi pour déterminer la date du début de la pêche.

Au quai de Pointe-Verte, dans la région Chaleur, les bateaux sont prêts et les pêcheurs comme Yvon Arseneau trépignent d’impatience.

Il est même allé constater par lui-même les conditions en mer et a dû reconnaître que la navigation présentait certains dangers.

« Ce matin, on a eu de la misère à sortir du quai [parce qu’il y avait] des [morceaux] de glace qui se promenaient. On s'est quand même frayé un chemin, mais pour de petits bateaux comme [les nôtres], faut qu'on fasse vraiment attention. »

Les mesures de protection des baleines inquiètent

Les glaces effraient toutefois moins les pêcheurs que les mesures imposées par Ottawa pour protéger les baleines noires.

Une vaste zone dans le sud du golfe du Saint-Laurent a été fermée à la pêche et d’autres zones fermeront pendant au moins deux semaines si des baleines noires y apparaissent.

Si une baleine noire s’aventurait dans la baie des Chaleurs, affirme Yvon Arseneau, c’est la baie au complet qui serait fermée.

Ce scénario est peu probable, selon un autre pêcheur, André Pitre, mais il s’inquiète tout de même.

Les pêcheurs disent toutefois comprendre les décisions du ministre fédéral des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, qui subit de fortes pressions pour adopter des mesures énergiques de protection de la baleine noire, notamment du côté des États-Unis où 80 % des produits de la mer canadiens sont exportés.

« M. LeBlanc est obligé, de par sa position [...], de prendre certaines mesures pour protéger la baleine noire. Maintenant, est-ce que ç’a été fait un peu vite? Peut-être...ça, ça reste à discuter », lâche Yvon Arseneau.

Si tout va bien, les pêcheurs devraient prendre la mer au début de la semaine prochaine.

D’après des renseignements de François Vigneault