Retour

Les pêcheurs de homard optimistes après les premiers débarquements

Les premiers débarquements de homard de la saison 2018 se sont faits lundi sur la majorité des quais de la côte est du Nouveau-Brunswick.

Les pêcheurs de homard ramènent à quai leurs premières prises après un délai d'une semaine en raison de la glace qui refusait de partir.

Pour cette première journée de pêche, le temps froid et le vent étaient au rendez-vous. L'eau froide ralentit les ardeurs du homard, ce qui explique en partie pourquoi les crustacés ne se bousculent pas dans les trappes. « Y est moins vaillant peut-être. C'est comme nous autres là, cet hiver on grouillait pas trop », rigole le pêcheur Yvon Aubé.

Yvon Aubé a capturé environ 300 livres de homard en cette première journée, sensiblement la même quantité que son frère Donald. Ils se disent confiant que le homard sera au rendez-vous pour la saison.

Denis Haché a été un peu plus chanceux en ramenant près de 450 livres de homard.

Il est confiant de connaître une bonne saison en raison entre autres des mesures de conservation mises en place ces dernières années. « On a encore augmenté la mesure de un millimètre cette année. On le voit là, les petites femelles sont pleines d'oeufs déjà. Ça regarde bien. »

Un optimisme que partage Yvon Aubé. « Moi je pense que ça va venir. C'est juste que la température est pas là. »

Protection de la baleine noire

Les mesures imposées par le fédéral pour la protection des baleines noires font également jaser sur les quais.

Des mesures qui entraîneraient la fermeture d'un secteur, pendant au moins deux semaines, si une baleine est aperçue dans la région en question. « Non on n'a pas vu de baleines pis on veut pas n'en voir. On va garder ça pour le mois de juillet », lance Yvon Aubé en riant.

Il est encore trop tôt pour déterminer le prix que recevront les pêcheurs pour leurs captures. Ils souhaitent un prix autour de sept dollars la livre, soit le prix moyen reçu l'an dernier.

Avec les informations de François Vigneault

Plus d'articles