Retour

Les pêcheurs du Nord du Manitoba s'inquiètent du nouveau plan provincial

Les pêcheurs du Nord du Manitoba soulèvent que le retrait du gouvernement provincial de l'Office de commercialisation du poisson d'eau douce (OCPED) pourrait dévaster l'industrie piscicole de la région et anéantir les moyens d'existence de maintes familles.

Jusqu'à la fin de l’été, toute commercialisation de poisson devait automatiquement passer par l'OCPED, organisme qui achète, transforme et met en marché tout le poisson d’eau douce pris pour la vente commerciale au Manitoba, en Alberta et dans les Territoires du Nord-Ouest.

En août, le gouvernement conservateur de Brian Pallister a informé Ottawa qu’il annulera sa participation à l’OCPED afin de « créer des solutions flexibles en matière de commercialisation pour les pêcheurs de la province ».

Toutefois, les pêcheurs de la côte nord du lac Winnipeg disent que la décision du gouvernement sème l’incertitude parmi les entrepreneurs qui vivent du poisson du lac. Ceux-ci se demandent comment ils réussiront à vendre et à transporter leurs stocks et s’ils bénéficieront encore d'un prix d'achat garanti, si la province se retire de l’organisme.

« Nous voulons la sécurité que l’Office de commercialisation nous a donnée au cours des années », explique Langford Saunders, porte-parole d’environ 50 pêcheurs autochtones de la région de Norway House, située à 800 km au nord-ouest de Winnipeg.

M. Saunders a participé à une conférence de presse organisée par l’opposition néo-démocrate, vendredi, avec d’autres représentants de l’industrie de pêche commerciale du Nord ainsi que des membres provinciaux et fédéraux du Nouveau Parti démocratique. L’homme de Norway House affirme que les 50 pêcheurs qu’il représente assurent la sécurité économique d’environ 1500 personnes de la communauté.

Manque de dialogue auprès des communautés

En outre, les pêcheurs croient que le gouvernement conservateur a fait un piètre travail de consultation auprès des pêcheurs du Nord. Le gouvernement de Brian Pallister avait nommé le cabinet de consultants Signature Mediation comme envoyé spécial pour mener les consultations, qui ont terminé le 1er décembre.

Le cabinet devait sonder les collectivités de pêche commerciale, les groupes autochtones de la province et le secteur privé afin de recueillir des avis sur la transition du système actuel vers un système de marchés flexibles.

Le maire de Wabowden, communauté autochtone située à 660 km au nord-ouest de Winnipeg, est aussi pêcheur. Le maire Reg Meade redoute que les politiciens aient agi trop précipitamment, laissant entendre que les opinions des chefs des communautés ne sont pas toujours partagées par les membres des communautés autochtones.

Il faut que [les politiciens] fassent leurs recherches et qu’ils écoutent les pêcheurs – pas les chefs des communautés, mais les véritables travailleurs sur les lacs pour connaître leurs expériences et leurs impressions sur l’évolution de l’industrie.

Reg Meade, maire, Wabowden

La députée néo-démocrate fédérale Nikki Ashton, qui agit au nom de la circonscription de Churchill Keewatinook-Aski, a également participé à la conférence de presse, où elle a affirmé qu’un tel retrait de la province de l’OCPED revient à démanteler l’organisme.

Toujours est-il qu’un porte-parole de l’OCPED a rapporté à CBC qu’il n’est pas prévu de dissoudre l’office de commercialisation et que ce dernier envisage déjà de nouvelles possibilités commerciales.

Avec des informations de Sean Kavanagh (CBC).

Plus d'articles

Commentaires