Retour

Les petits moteurs, la spécialité de Chantale Lavack

Au Manitoba, Chantale Lavack est probablement l'une des seules femmes à posséder et exploiter sa propre entreprise de réparation d'équipements d'extérieur motorisés.

Un texte du Fureteur manitobain, Denis Chamberland

Chantale Lavack a toujours eu un faible pour la mécanique. Elle se rappelle qu’au primaire, elle avait été déçue de voir que sa carte de métier n’était qu’au masculin.

J’étais déçue de voir qu’il n’y avait pas "mécanicienne". J’étais encore de la génération où ça n’existait pas autant des femmes policières ou pompières.

Chantale Lavack

C’est probablement pour cette raison, ajoute-t-elle, que son entrée dans le monde des techniciens et techniciennes de petits moteurs est arrivée plus tard dans sa vie.

Il y a très peu de femmes qui sont dans le domaine, alors c’est un peu intimidant de vouloir se lancer dans ça.

Chantale Lavack

Contrairement à la majorité de ses collègues de classe, Chantale Lavack dit qu’elle n’a pas passé sa jeunesse à travailler sur les tondeuses, les souffleuses ou les motocyclettes avec son père. Ce qui lui fait dire qu’elle a dû, à plusieurs niveaux, surmonter de nombreux défis.« Quand j’ai suivi mon cours, j’étais la seule fille et j’étais aussi l’une des plus âgées. »

À la sortie de son cours, Chantale Lavack a travaillé pendant près d’une demi-douzaine d’années pour différentes compagnies de réparation de petits moteurs, avant de se lancer en affaire.

C’était juste une opportunité qui s'est présentée, j’ai perdu mon emploi et avec ça j’ai pu m’inscrire à un programme pour démarrer une entreprise et c’est vraiment de là que l’idée est venue.

Chantale Lavack

Depuis le mois de mars 2016, Chantale Lavack opère, à partir de son garage, son entreprise « La petite machine ». Même si la majorité de sa clientèle est masculine, Chantale Lavack incite les femmes à venir lui poser des questions par rapport au fonctionnement ou l'entretien d’équipements d'extérieurs motorisés.

Plus d'articles

Commentaires