Retour

Les politiques néo-démocrates causent-elles la fermeture de commerces à Calgary?

« Je tiens pour responsable le gouvernement néo-démocrate ». Scott Winograd, le copropriétaire du restaurant Bear's Den au nord-ouest de Calgary, n'y va pas par quatre chemins. La fermeture imminente et définitive de son restaurant est, selon lui, due aux effets des politiques du gouvernement provincial.

M. Winograd cite d’abord la hausse du salaire minimum qui doit atteindre 15 $ l’heure en octobre, la taxe carbone et les changements au Code du travail. Selon lui, l’obligation de payer des jours fériés à ses employés lui coûterait 28 000 dollars supplémentaires cette année.

« Les fermiers, les distributeurs, les livreurs… toute la chaîne est touchée et subit les répercussions de ces coûts », explique M. Winograd qui ajoute qu’il refuse d’augmenter ses prix pour compenser.

Le Bear’s Den n’est pas le premier restaurant à tenir le NPD responsable de sa mort. Le Belvédère a fermé ses portes après 19 ans en accusant chaque ordre de gouvernement de l’avoir étouffé.

Le ministre des Finances de l’Alberta Joe Ceci défend chacune de ses politiques point par point. La hausse du salaire minimum est selon lui nécessaire pour améliorer la vie de travailleurs pauvres. Le Code du travail avait besoin d’une refonte, ajoute-t-il, pour offrir le même degré de protection aux employés que les autres provinces.

Les recettes des restaurants ont atteint un record, insiste M. Ceci, citant les données de Statistique Canada, et des douzaines de restaurants ont ouvert l’année dernière.

Statistiques soumises à interprétation

Qui a raison? Les statistiques de fermeture et d'ouverture de commerces n’aident cependant pas à départager le blanc du noir.

La Ville de Calgary doit donner un permis commercial à chaque changement de propriétaire ou de structure de propriété. Un même commerce peut donc se retrouver dans les fermetures et ouvertures.

L’Agence de développement économique de Calgary compile les données différemment et selon l’organisme, 2108 commerces ont fermé la porte entre janvier et novembre 2017 alors que 3286 ont ouvert.

La Chambre de commerce de Calgary recommande cependant la prudence dans l’interprétation des données parce qu’elles ne sont pas toujours un signe de vitalité économique.

Tous les commerces ne sont pas inclus tels que les cabinets d’avocats, de médecins et de comptabilité. La taille des entreprises n’est également pas comptabilisée.

La Chambre de commerce note aussi que traditionnellement, elle observe plus d’ouverture de commerce en période de récession économique puisque les employés au chômage se tournent vers l'entrepreneuriat.

D’après les informations de Terri Trembath et Robson Fletcher, CBC News