Retour

Les pomiculteurs s'inquiètent de la guerre commerciale avec le Mexique

La dispute entourant les échanges commerciaux entre les États-Unis et le Mexique risque de se répercuter auprès des pomiculteurs de la Colombie-Britannique, estiment des producteurs de l'Okanagan.

En effet, le Mexique est le premier acheteur de pommes qui poussent dans l’État de Washington. Or, ce pays veut imposer un tarif de 20 % sur les produits fermiers américains en réponse aux tarifs imposés par l’administration Trump sur l’acier et l’aluminium.

Par conséquent, les pomiculteurs craignent de voir les fermiers de l’État de Washington vendre davantage de pommes au Canada pour limiter leurs pertes.

« C’est un bouleversement du marché dont le résultat est difficile à cerner », dit Glen Lucas, le directeur général de l’Association des producteurs de fruits de la Colombie-Britannique.

L'incertitude inquiète aussi le Conseil des exploitations horticoles du Nord-Ouest. Son président, Mark Powers, souligne « l’impact cumulatif » de ces disputes.

Plus d'articles