Retour

Les préfets du BSL veulent gérer le Fonds pour le rayonnement des régions

Les huit préfets du Bas-Saint-Laurent demandent au gouvernement du Québec de leur confier la gestion du Fonds d'appui au rayonnement des régions (FARR).

La création de ce fonds, qui disposera à terme de 100 M $ annuellement, a été annoncée le 6 décembre, lors du dépot du projet de loi 122, qui vise à reconnaître l'importance des gouvernements de proximité.

Selon les préfets, si le gouvernement souhaite vraiment décentraliser les pouvoirs, il devra confier la gestion du FARR aux MRC, et ainsi les laisser décider des secteurs où elles souhaitent investir dans leurs communautés.

Les élus sont imputables face à leurs citoyens et sont donc en mesure d'offrir une gestion efficace et cohérente en lien avec les besoins des communautés.

Yvon Soucy, préfet de la MRC de Kamouraska et vp de la Fédération québécoise des municipalités

Les élus veulent un engagement clair

Bien que le premier ministre Philippe Couillard ait annoncé à plusieurs reprises que ce fonds serait géré par les MRC, les préfets du Bas-Saint-Laurent veulent un engagement clair et déplorent que le projet de loi 122 ne comporte aucune modalité entourant la gestion du fonds.

En effet, le texte du projet de loi n'établit pas de règles claires quant aux futurs administrateurs du FARR.

Les préfets considèrent que les MRC sont les mieux placées pour connaître les besoins de leurs territoires respectifs.

Francis Saint-Pierre, de la MRC Rimouski-Neigette, considère que les sommes disponibles doivent être utilisées selon les priorités locales et régionales déterminées par les MRC, non pas par des fonctionnaires du gouvernement :

Un ministère ou toute autre organisation gouvernementale ne peut être guidé par la même sensibilité [que les MRC].

Francis Saint-Pierre, préfet de la MRC Rimouski-Neigette

Le Fonds d’appui au rayonnement des régions disposera d'une enveloppe de 30 millions de dollars en 2017 pour l'ensemble du Québec. Il passera à 100 millions de dollars annuellement d’ici 2021.

Plus d'articles

Commentaires