Retour

Les primes d’assurance auto repartent à la hausse au Nouveau-Brunswick

Les automobilistes néo-brunswickois dont les polices d'assurance automobile arrivent à échéance pourraient faire face à des primes plus élevées dès la semaine prochaine.

Plusieurs compagnies d’assurance ont demandé la permission d’augmenter leurs primes à cause des réclamations à la hausse dans la province.

Déjà, l’assureur le plus important au Nouveau-Brunswick, Wawanesa, a obtenu l’autorisation d’augmenter ses tarifs de 7 % en moyenne, soit la hausse la plus importante en plus de 10 ans.

Pour ses assurés, cela équivaut à une augmentation moyenne de 42 $ par véhicule. Wawanesa assure 92 000 véhicules privés dans la province.

D’après la preuve que l'entreprise a présenté à la Commission des assurances du Nouveau-Brunswick plus tôt cette année, ses tarifs précédents ne lui permettaient pas de faire ses frais.

Elle estime même qu’elle aurait dû augmenter ses primes de 32 % en moyenne pour recommencer à faire des profits au Nouveau-Brunswick, mais a renoncé à demander une hausse aussi forte pour ne pas indisposer les consommateurs.

Wawanesa estime que 42 % de ses clients vont voir leurs primes augmenter de 10 à 15 % à partir du 1er janvier.

Des augmentations généralisées

« Les tarifs sont en augmentation », confirme Michèle Pelletier, la défenseure des consommateurs en matière d’assurance.

Mme Pelletier s’est opposée auprès de la Commission des assurances à certaines des augmentations demandées par les compagnies. Elle estime que les consommateurs ne doivent pas faire les frais de leur manque de rentabilité.

« L’industrie de l’assurance affirme qu’elle doit être profitable et c’est normal, dit-elle, mais les consommateurs doivent aussi être protégés. »

Des réclamations en hausse de 39 %

En ce moment, les primes d’assurance auto au Nouveau-Brunswick sont parmi les plus basses au pays.

L’an dernier, la prime moyenne pour un véhicule au N.-B. était de 775 $, soit 46 % de moins qu’en Ontario.

Mais les réclamations sont à la hausse dans la province depuis quelques années: elles ont augmenté de 39 % de 2012 à 2016. Conséquence : certaines compagnies d’assurance disent que leur marge de profit a disparu.

Un avocat qui représente souvent les victimes d'accidents de la route dans des causes civiles, l'ancien ministre Michael Murphy, doute toutefois que des réclamations en hausse soient la principale raison qui pousse les assureurs à vouloir augmenter leurs primes.

« C’est pas la raison principale de leur hausse des primes, c’est plutôt que probablement, ils ont eu un résultat inférieur dans leurs investissements sur les marchés boursiers », avance-t-il. Il affirme que c'est le même facteur qui avait mené à une escalade des primes d'assurance auto au début des années 2000 et poussé le gouvernement Lord de l'époque à plafonner les indemnités pour blessures mineures.

Intact Assurance : hausse de 7 %

À part Wawanesa, d’autres assureurs importants ont obtenu la permission d’augmenter leurs taux. Intact Assurance, par exemple, pourra les augmenter de 7 % pour les nouveaux clients dès la semaine prochaine et après le 22 décembre pour ses clients existants.

Allstate, pour sa part, a demandé à la Commission des assurances d’approuver une hausse tarifaire de 10 %, en moyenne, tandis que Pembridge - qui fait partie du groupe Allstate - cherche à obtenir 8 %.

Les audiences sur ces demandes n’ont pas encore eu lieu.

Pour les conducteurs à risque élevé représentés par la Facility Association, l’assureur de derniers recours de l’industrie des assurances, les nouvelles sont encore pires : l’assureur veut augmenter ses primes de 15 % pour environ 7000 de ses clients, ce qui représente 267 $ par véhicule. Les assurés paieraient ainsi, en moyenne, plus de 2000 $ en prime annuelle.

Cette demande n’a pas elle non plus fait l’objet d’une audience jusqu’ici, mais en revanche, la Facility Association a obtenu l’autorisation, plus tôt cette année, d’augmenter les primes d’assurances pour les taxis de 18,2 %, en moyenne. Cela représente une augmentation moyenne de 765 $ et des primes annuelles de 5000 $ pour les propriétaires de taxis.

Des compagnies comme Aviva, The Personal, Co-Operators, Certas et la CAA ont demandé des hausses plus modestes et n’auront pas à se soumettre à des audiences de la Commission des assurances parce que l’augmentation qu’elles proposent est inférieure à 3 %.

D'après un reportage de Robert Jones

Plus d'articles

Commentaires