Retour

Les problèmes de fiabilité des tramways de Bombardier

En plus des mois de retard dans leur livraison, Toronto affirme que le taux de fiabilité de ses nouveaux tramways, fabriqués par Bombardier, est à la baisse.

Selon un rapport du PDG de la Commission des transports (CTT), la distance moyenne parcourue par les nouveaux tramways avant d’avoir une défaillance était de 5530 km en avril.

Or, la cible établie dans le contrat avec Bombardier est de 35 000 km.

Selon le contrat, Bombardier doit atteindre cet objectif d'ici la livraison du soixantième tramway, maintenant prévue en novembre.

Environ 40 % des 28 bris recensés en avril étaient liés aux portes des tramways, précise le rapport. La CTT compile les défaillances qui entraînent des retards de cinq minutes ou plus.

Taux de fiabilité en baisse :

Le PDG de la CTT, Andy Byford, avait déjà soulevé la question dans un rapport précédent en janvier dernier. Le plan de la Commission consistera à choisir un tramway modèle, qui puisse servir d'exemple pour la production des prochains véhicules.

Pas lieu de s'inquiéter, selon Bombardier

Bombardier répond ceci : « tous les indicateurs reflètent l’état d’avancement typiques lors de l’introduction d’une nouvelle flotte de véhicules. »

M. Lefebvre ajoute ceci : « lors de la même étape de livraison du métro Toronto Rocket, nous faisions face à des enjeux et des résultats tout à fait similaires et aujourd’hui ces trains offrent des performances de classe mondiale (tel que confirmé par la TTC). »

Dans le cas des tramways, Bombardier dit collaborer notamment avec son fournisseur de portes, promettant une « solution permanente à courte échéance ».

Plus d'articles

Commentaires