Retour

Les producteurs de boeuf albertains s'inquiètent de la possible renégociation de l'ALENA

L'équipe de transition du président élu des États-Unis, Donald Trump, lui conseille d'obtenir des conditions plus favorables aux États-Unis en vertu d'un accord négocié, selon une note de service qui a fait l'objet d'une fuite.

Rich Smith, le directeur général des producteurs albertains de boeuf explique que cette possible réouverture des négociations rend particulièrement nerveux les producteurs de bœuf albertains. Il s'inquiète aussi tout particulièrement de l'une des mesures souhaitées par le nouveau président des États-Unis concernant l'étiquetage du pays d'origine du boeuf.

L'étiquetage du pays d'origine coûtait 600 millions de dollars par année à notre industrie.

Rich Smith, directeur général des producteurs albertains de boeuf

Rich Smith a ajouté que l'industrie, qui a expédié près de 1,6 milliard de dollars de produits aux États-Unis l'an dernier, pourrait être paralysée si les États-Unis bloquent les importations ou rapporte le controversé Country of Origin Labeling.

En 2015, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a confirmé une décision antérieure selon laquelle l'étiquetage du pays d'origine aurait un impact inéquitable sur les producteurs canadiens et mexicains de bœuf. Toujours selon l'organisation, cette pratique aurait aussi engendré des tarifs de représailles contre les importations des États-Unis.

Malgré cette décision, Eugene Beaulieu, un économiste de l'Université de Calgary, a déclaré que rien n'empêcherait Donald Trump de rapporter l'étiquetage du pays d'origine.

S'il décide de le remettre en place, le Canada pourrait contester son application auprès de l'OMC. Le temps de trouver une solution serait alors long et coûteux.

Eugène Beaulieu, économiste à l'Université de Calgary

La note de service qui a fait l'objet d'une fuite a aussi indiqué que la protection des producteurs américains serait l'une des principales priorités de Trump au cours des 200 premiers jours de son administration.

De son côté, l'ambassadeur du Canada aux États-Unis, David MacNaughton, a déclaré la semaine dernière que le gouvernement libéral était « heureux » de renégocier l'ALENA.

Donald Trump prendra quant à lui ses fonctions le 20 janvier 2017.