Retour

Les producteurs de whisky espèrent que les tarifs douaniers encourageront l'achat local

Même si la Régie des alcools et des jeux de hasard de la Saskatchewan (SLGA) soutient que ses ventes de whisky américain sont minimes, un producteur de la Saskatchewan espère que la guerre commerciale avec les États-Unis fera en sorte que plus de gens se tourneront vers des produits fabriqués au Canada.

Depuis le 1er juillet, des tarifs douaniers de 10 % sont entrés en vigueur sur divers produits américains, dont le whisky. Ces tarifs ont été mis en place pour riposter aux tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium canadiens imposés par les États-Unis.

Cary Bowman est le président de Lucky Bastard Distillers, une entreprise de Saskatoon qui fabrique des alcools de façon artisanale comme la vodka et le whisky. Il est optimiste que cette guerre commerciale puisse permettre aux consommateurs canadiens et aux détaillants d'alcool de se procurer des produits locaux comme le sien, plutôt que d'en importer du sud de la frontière.

Petite partie du marché

Un porte-parole de la SLGA a confirmé qu’elle a commencé à percevoir les tarifs douaniers sur les whiskys américains.

« Par conséquent, si un fabricant baisse son prix de base pour absorber le nouveau tarif, les prix dans les détaillants ne changeront pas, mais si le fabricant maintient le même prix de base, le prix augmentera et les consommateurs remarqueront probablement un prix différent », a indiqué la SLGA par courriel.

« Il est important de noter que la vente de whiskys américains représente une très petite partie du marché de la Saskatchewan (moins de 1 % de toutes les ventes de spiritueux dans la province), ce qui devrait avoir un impact négligeable sur les consommateurs de la Saskatchewan », a-t-elle ajouté.

Les distilleries canadiennes pourraient être à risque

Cary Bowman mentionne que si un consommateur doit payer un tarif de 10 % sur une bouteille de whisky de la marque Jim Beam, par exemple, cela ne représente que quelques dollars.

« Ces tarifs pourraient causer plus de dommages au marché des spiritueux au Canada qu’aux consommateurs. Surtout si les États-Unis ripostent avec des tarifs appliqués aux spiritueux canadiens qui sont expédiés aux États-Unis », explique-t-il.

Cette inquiétude est partagée par d’autres distillateurs canadiens qui craignent que les États-Unis imposent à leur tour des tarifs douaniers sur les whiskys canadiens vendus sur le marché américain.

En 2017, 157,5 millions de litres de whisky canadien ont été vendus aux États-Unis, selon le Distilled Spirits Council.

Jim Bence, PDG de la Saskatchewan Hotel & Hospitality Association, a déclaré que les hausses de prix sur les produits d'alcool ont généralement des conséquences sur le consommateur, mais il ne pense pas que cela suffira à dissuader les adeptes de boire leurs bourbons préférés.

Il envisage d’ailleurs d'observer les habitudes de consommation pour voir si elles changeront en fonction des prix et de la guerre commerciale avec les États-Unis.

Avec les informations de Stephanie Taylor, CBC News