Retour

Les résidents de Lévis se prononcent sur le type de commerce qu'ils veulent avoir

Les résidents de Lévis ont leur mot à dire sur les prochaines enseignes commerciales qu'ils veulent voir s'établir chez eux. Jusqu'au 6 avril, ils sont appelés à donner leur opinion en participant à une consultation web qui touche les quatre quartiers historiques de la ville.

Un texte d’Alexandre Duval

Ouverte depuis le 6 février, la consultation en ligne a déjà recueilli les réponses de plus de 400 personnes. Au cours des trois prochains mois, la Ville de Lévis veut sonder 1000 résidents par quartier historique – Vieux-Lévis, Charny, Saint-Romuald et Saint-Nicolas – pour un total de 4000 répondants.

Qui sont ces citoyens? Magasinent-ils souvent dans leur quartier? Y vont-ils pour le travail ou y habitent-ils? Quels nouveaux commerces répondraient le mieux à leurs besoins? Voilà le genre de questions auxquelles la Ville de Lévis veut obtenir des réponses pour mieux orienter son développement.

Pour ce faire, elle a donné un contrat à la compagnie Potloc, qui se spécialise dans ce type d’études de marché de « démocratie commerciale ».

Une démarche éprouvée ailleurs

« Le but de cette démarche, c’est vraiment d’aller connaître à la fois les habitudes de consommation et les besoins des différents consommateurs des quartiers, pour ensuite permettre un développement à l'image des citoyens », indique le cofondateur de Potloc, Rodolphe Barrere.

Déjà, Potloc a fait cette démarche pour les villes de Joliette et Sherbrooke, notamment, ainsi que pour quelques arrondissements de Montréal. M. Barrere dit sentir « une vraie volonté » de donner un nouveau souffle aux anciens quartiers à Lévis.

En fait, la Ville a commandé cette étude pour le compte des organisations qui s’occupent de revitaliser ces secteurs, soit la Corporation Charny, Revitalisation village Saint-Nicolas, Rues principales Saint-Romuald et la Corporation de développement du Vieux-Lévis.

Une fois qu’on aura vraiment cerné les besoins quartier par quartier, démographie par démographie, pouvoir d’achat par pouvoir d’achat, les différentes organisations seront à même de faire du recrutement commercial ciblé.

Rodolphe Barrere, cofondateur de Potloc

Une approche plus précise

Lévis avait déjà l’habitude de faire des études sur la fonction commerciale en partant de données sur sa population, comme les données tirées du recensement, pour ensuite évaluer l’adéquation entre l’offre et la demande de services.

En faisant affaire avec Potloc, Lévis évite de prendre des données générales pour ensuite les appliquer aux réalités de ses quartiers historiques : elle part des citoyens pour connaître ce qui manque dans leur quartier.

« Ce sont les consommateurs qui s’expriment », illustre Philippe Meurant, directeur du développement économique et de la promotion à la Ville de Lévis.

On va recevoir des demandes réelles de consommateurs bien clairement identifiés avec des adresses précises, qui se rattachent à des milieux.

Philippe Meurant, directeur du développement économique et de la promotion à la Ville de Lévis

M. Meurant dit avoir commandé des résultats différents pour chaque quartier historique puisque leurs populations et leurs besoins peuvent différer.

Une fois que les résultats de la consultation seront connus, au printemps, ils seront remis aux quatre organismes de revitalisation. Les organismes pourront alors s’en servir pour attirer les enseignes commerciales désirées par les citoyens.

Rodolphe Barrere indique que les résultats de ces consultations sont fiables en raison de la grandeur de l’échantillon. Un traitement statistique des données est réalisé et chaque répondant ne peut compléter le questionnaire qu’une seule fois.

Plus d'articles