Retour

Les revenus nets de PotashCorp en baisse de 71 % au dernier trimestre de 2016

Les gains de la compagnie Potash Corporation de la Saskatchewan sont en baisse de 71 % lors du quatrième trimestre de 2016 par rapport à la même période l'année précédente, révèle un rapport financier préliminaire.

Cette baisse de bénéfices est due en majeure partie au faible prix des matières premières, selon le rapport.

En excluant la dépréciation des actifs, qui n’ont pas été pris en compte dans le rapport préliminaire, les revenus nets de PotashCorp pour le quatrième trimestre se situent à 59 millions de dollars américains, en baisse marquée par rapport aux revenus de 201 millions de dollars à la même période en 2015.

La compagnie basée à Saskatoon note également que la valeur de son action est tombée à 0,07 $ US au quatrième trimestre, comparativement à 0,24 $ US l’action au quatrième trimestre de 2015.

Son chiffre d’affaires a également baissé, passant de 1,35 milliard de dollars américains au quatrième trimestre de 2015 à 1,06 milliard pour la même période en 2016.

Les trois produits principaux de PotashCorp, soit la potasse, l’azote, et les engrais phosphatés, ont été touchés par des prix à la baisse. Le volume de potasse vendu a toutefois augmenté de 27 % par rapport au dernier trimestre de 2015, tandis que le volume des autres produits est resté inchangé.

PotashCorp indique que ses résultats complets, incluant la dépréciation d’actifs, seront disponibles à la fin du mois de février.

Temps difficiles pour l’industrie

Le doyen de la faculté de gestion de l’Université Dalhousie et professeur en Management et en Agriculture, Sylvain Charlebois, n’est pas surpris par cette chute des revenus de l’entreprise saskatchewanaise.

Selon lui, c’est une baisse importante de la demande de potasse sur les marchés qui explique les piètres résultats de Potash Corp. M. Charlebois soutient que le tout est causé notamment par le développement de nouveaux procédés.

 La science des sols a évolué. Donc il y a d'autres options, il y a d'autres substituts. Les producteurs agricoles vont utiliser des technologies qui vont coûter moins cher. 

Sylvain Charlebois, doyen de la faculté de gestion de l’Université Dalhousie

« On parle de l'ère du " Big Data ", ce n'est pas pour rien. Il y avait beaucoup de gaspillage de fertilisants à l'époque. Mais aujourd'hui les producteurs sont beaucoup plus stratégiques, gaspillent moins. Donc la demande est en baisse », ajoute-t-il.

M. Charlebois croit que des mises à pied sont à prévoir pour les travailleurs de Potash Corp. Il est toutefois d’avis qu’il ne faut pas s’alarmer puisque la situation est semblable d'année en année.

« C'est un cycle continuel dans le domaine de la potasse en raison du fantasme qu'on a envers la gestion de l'offre, on doit toujours passer au travers de mises à pied chaque année, peu importe ce qui se passe avec le prix de la potasse », soutient-il.

Sylvain Charlebois croit que pour reprendre de la vigueur, le secteur agroalimentaire devra développer une nouvelle vision et user de créativité dans l’utilisation de fertilisants comme la potasse.

Plus d'articles

Commentaires