Retour

Les syndiqués de la SAQ pourraient déclencher la grève ce week-end

Les raisons de trinquer ne manqueront pas en ce week-end de Fête nationale. Or, pour les amateurs de vin ou de boissons fortes, il faudrait penser à faire des réserves rapidement. La SAQ pourrait être en grève dès samedi.

Le Syndicat des employés de magasin et de bureau de la SAQ (SEMB-SAQ) a tenu jeudi un vote sur une proposition de grève, alors que les négociations sur le renouvellement de la convention collective piétinent.

« L’objectif n’est pas de faire la grève, l’objectif est que l’employeur devienne raisonnable sur ses demandes et accepte de négocier de bonne foi », tient à souligner Katia Lelièvre, présidente du SEMB-SAQ, affililé à la CSN.

Une assemblée générale a eu lieu lundi à Montréal, et une mardi à Québec. D’autres rencontres ont eu lieu « aux quatre coins de la province », dit Mme Lelièvre.

Il n’est pas certain que le syndicat soit en mesure de dépouiller le vote en raison des distances à parcourir avec les urnes, explique la présidente. Si le décompte n’est pas fait vendredi, il le sera lundi, assure-t-elle.

« On a des succursales de partout au Québec. Fermont, les Îles [de la Madeleine]. On reçoit les votes par la poste. Vendredi matin il va falloir vérifier, et si on n’a pas tout, il va falloir attendre le facteur », explique-t-elle.

« On n’est pas très inquiet du résultat, pour être honnête », dit Mme Lelièvre. En clair, les membres du syndicat votent pour un mandat de six jours de grève, « à déclencher au moment opportun », et qui ne seront pas nécessairement consécutifs.

Selon le calendrier de négociations, des rencontres sont prévues les 25, 26 et 27 juin.

Les points d'achoppement

Le syndicat est en désaccord avec les propositions de l’employeur, qui réclame notamment plus de flexibilité dans la gestion des horaires. Selon la SAQ, le gros de la clientèle fréquente ses magasins le week-end, mais les employés permanents à temps plein travaillent du lundi au vendredi, et à l’occasion un jour par fin de semaine.

« Nous, ce qu’on veut, c’est regrouper les heures travaillées en fonction de l’achalandage », indique Mathieu Gaudreault, porte-parole de la SAQ, selon qui 74 % des ventes de la société d’État se font du jeudi au dimanche.

En ce moment, ce sont surtout des employés à temps partiel, qui forment 70 % de la force de travail de la SAQ, selon Katia Lelièvre, qui travaillent la fin de semaine.

Le syndicat en a aussi contre d’autres demandes de la partie patronale qui les concerne, soit de fixer les horaires en fonction des disponibilités offertes le mois précédent. « On veut encourager la présence au travail et faire travailler ceux qui sont là », indique le porte-parole de la SAQ.

Or, cette disposition est une porte ouverte, selon le syndicat, à la précarisation encore plus importante des temporaires, qui n’auraient plus le droit de s’absenter sous motif de perdre des heures de travail par la suite.

« L’employeur veut que ceux qui travaillent le plus soient en haut de la liste. Ça cause un gros problème pour la conciliation travail-famille. Surtout que la personne qui vous sert est probablement temps partiel depuis très longtemps, et travaille donc entre 10 et 12 heures en moyenne par semaine », note Katia Lelièvre.

Mme Lelièvre indique que l'obtention d'un poste régulier à la SAQ « prend environ 15 ans », période pendant laquelle les employés ne bénéficient d'aucun avantages sociaux.

La SAQ compte quelque 5500 employés dans ses 400 succursales.