Retour

Les travailleurs sylvicoles pourraient éviter la grève

La grève pourrait être évitée dans le domaine de la sylviculture. Quatre unités du Syndicat national de la sylviculture ont conclu des ententes de principe au cours des derniers jours.

Les membres des Sociétés d'exploitation des Ressources des Monts, de la Vallée, de la Neigette et du Groupement forestier Kamouraska voteront sur leur entente respective au cours des prochains jours.

Les négociations se poursuivent pour les trois autres entreprises, soit le Groupement forestier du Témiscouata, les entreprises agricoles et forestières de Percé et le Groupement forestier coopératif de la Péninsule.

Les travailleurs sylvicoles demandent une augmentation de leur rémunération globale de 12 % pour trois ans. Une demande raisonnable, selon eux, puisqu'ils paient pour l'achat et l'entretien de leurs outils ainsi que pour les frais de déplacement en forêt.

Les 300 travailleurs sylvicoles du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie avaient voté à plus de 90 % en faveur de la grève en avril dernier.