Retour

Les universitaires à la rescousse de l’industrie du bois d’œuvre

L'industrie forestière craint un nouveau conflit du bois d'œuvre et l'arrivée de Donald Trump au pouvoir pourrait réserver bien des surprises aux producteurs québécois. Réunis à l'Université Laval à l'occasion de la 38e Semaine des sciences forestières, les universitaires en foresterie et en architecture tentent de trouver des solutions afin de prévenir une potentielle crise dans leur domaine.

« Pour l'industrie forestière, c'est sûr que c'est préoccupant, affirme le président de la 38e Semaine des sciences forestières, Minh Le. Notre événement est bonne opportunité pour les jeunes de proposer des solutions à ces problèmes-là. »

Toute la fin de semaine, les étudiants réunis au pavillon Desjardins doivent accomplir des défis de construction en bois afin de réaliser l'importance de diversifier l'utilisation du bois.

Le doyen de la faculté de foresterie de l'Université Laval, Guy Mercier, estime quant à lui que la nouvelle génération de travailleurs du secteur forestier doit rapidement trouver des solutions pour diversifier les utilisations du bois.

C’est aux jeunes professionnels de trouver des nouvelles manières pour moins dépendre du marché américain.

Guy Mercier, doyen de la faculté de foresterie de l'Université Laval,

M. Mercier ajoute que les produits québécois issus du bois d’œuvre doivent avant tout se démarquer par leur mise en marché.

« Il faut convaincre les acteurs sociaux et la population en général qu'il y a un avenir pour le bois au-delà de ce qu'on connaît », dit-il.

« Au niveau commercial, plus on utilise de bois localement, mieux c'est pour nos exportations, souligne M. Mercier. Moins on a besoin d'exporter de bois brut sur le marché des États-Unis. Il y a quand même une contribution intéressante. »

Un projet de Québec cité en exemple

Gérald Beaulieu, directeur du centre d’expertise sur la construction commerciale en bois Cécobois, estime que le projet Origine dans l'écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres, à Québec, est un excellent exemple de projet audacieux qui peut inspirer les acteurs de l'industrie du bois d'oeuvre.

La tour de 13 étages, dont la livraison est prévue au printemps, sera dotée d'une structure entièrement en bois. Elle deviendra le plus haut bâtiment résidentiel de bois massif en Amérique du Nord.

La 38e Semaine des sciences forestières se poursuit toute la fin de semaine au pavillon Desjardins de l'Université Laval.

Plus d'articles

Commentaires