Retour

Livraison de nourriture par des drones sur la côte ouest de la baie James

La chef de la Première Nation Moose Cree Patricia Faries compte sur des drones pour aider à réduire les coûts des aliments dans le Grand Nord de l'Ontario. Dès novembre, l'entreprise Drone Delivery Canada procédera au largage de marchandises sur l'île de Moose Factory.

Il peut en coûter jusqu’à deux fois plus cher pour faire son épicerie en régions éloignées.

Les drones qui seront mis à l’épreuve le mois prochain largueront de la nourriture, des fournitures médicales, de la marchandise générale et même du courrier.

Pendant l’hiver, les résidents habitant sur la côte ouest de la baie James empruntent une route de glace jusqu’à la terre ferme à Moosonee pour acheter des produits et des denrées.

Mais pendant les trois autres saisons, le transport se fait par avion ou par bateau.

« Les drones, explique M. Di Benedetto, pourront parcourir une distance de trois à dix kilomètres et transporter près de cinq kilos à la fois. »

Il espère pouvoir augmenter la charge à moyen terme.

Rapide et économique

« Dans certaines communautés, un carton de jus d’orange peut coûter jusqu’à 30 $ et ça peut prendre des jours, voire même des semaines avant d’obtenir des fournitures médicales », explique le grand chef adjoint de la Nation Nishnawbe Aski, Jason Smallboy.

L’accord signé jeudi entre la Première Nation Moose Cree et Drone Delivery Canada n’est que le début.

L’entreprise torontoise envisage la livraison de marchandises par drones dans plus de 40 communautés autochtones dans le Nord de l’Ontario, dont plusieurs sont difficilement accessibles par voie de terre ou par bateau.

Avec les informations de CBC

Plus d'articles

Commentaires