Ce n'est pas qu'une impression : selon les données météorologiques d'Environnement Canada, les températures enregistrées depuis le début de l'été sont largement en dessous des normales saisonnières.

Depuis le début de la saison estivale, les journées ensoleillées se font rares au Québec. Les températures froides ont été accompagnées par 50 % plus de précipitations que d'habitude.

« Si on regarde ce qui s'est passé depuis le début juin (...), c'est un demi-degré sous la normale, constate le météorologue Pascal Yiacouvakis. Ça, c'est pour Montréal et la plupart des régions du sud du Québec. À l'est, c'est même plus frais! C'est un degré ou deux degrés sous la normale. »

Le mauvais temps des dernières semaines touche durement certains secteurs d'activités, dont le tourisme. Les commerçants et les restaurateurs, par exemple, constatent une diminution de leur chiffre d'affaires. Certains évoquent une différence de 30 %.

Mais il n'y a pas que les touristes qui se montrent timides. Les Québécois aussi sont réticents à prendre part à des activités extérieures. Au Parc aquatique Mont St-Sauveur, par exemple, on note une baisse de l'achalandage de 10 à 12 % par rapport à la même période l'année dernière.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Le mauvais temps fait toutefois des heureux. Les voyagistes, par exemple, observent une hausse des ventes de billets pour des destinations soleil.

« Quand on a un été comme on a cette année, c'est certain que les gens pensent un peu plus à aller dans le Sud. [Là-bas], il fait toujours beau! Que ce soit Cuba, la République dominicaine, le Mexique... », énumère Jean Collette, président de l'Association des agents de voyage du Québec. « Les forfaits qu'on a l'été pour les petites familles, c'est quasiment donné », ajoute-t-il.

Les propriétaires de salles de cinéma ont aussi de quoi se réjouir du temps maussade; les Québécois ont été particulièrement nombreux à assister à des projections au cours des derniers mois.

Vincent Guzzo, des cinémas du même nom, signale une hausse de son chiffre d'affaires de 50 % . Avec le début de vacances, cette hausse pourrait aller jusqu'à 60 % .

Avec les informations de Louis de Belleval

Plus d'articles

Commentaires