Retour

Maintien des règles d’exportations du canola : une solution à court terme selon un fermier

Le moratoire annoncé mercredi au sujet des règles d'exportation sur le canola ne règle pas la situation à long terme, selon un fermier de la Saskatchewan et un expert. Tous les deux croient qu'il s'agit toutefois d'un pas dans la bonne direction.

Martin Prince de Delmas y voit une bonne nouvelle, mais souligne que la situation est loin d'être réglée.

« Ce n'est pas une grande surprise, on rajoute 10 dollars ce matin à la valeur du canola, dit-il. « Ça fait trois ou quatre jours qu'il est en baisse continue, en attente, bien sûr, de cette décision-ci », précise Martin Prince.

Il ajoute que ce moratoire représente un débouché pour des millions de tonnes métriques de canola.

« La question n'est pas réglée », indique-t-il. « Oui, ils ont des questions sanitaires avec notre canola, mais le canola qu'on envoie en Chine ne se rend pas dans les régions en Chine où ils font la récolte de colza », fait valoir Martin Prince.

Le doyen de la Faculté de gestion de l'Université Dalhousie, Sylvain Charlebois, voit la nouvelle d'un bon œil, mais indique que les pressions chinoises sont toujours là.

« J'ai l'impression qu'on va devoir faire des changements », dit-il. « En 2009, la Chine demandait la même chose »

Il précise que des ajustements ont été faits à l'époque et avaient satisfait les autorités chinoises.

Plus d'articles

Commentaires