Retour

Miser sur une productivité accrue pour contrer la compétitivité

Financement agricole Canada (FAC) s'inquiète des pressions qu'exerce la concurrence des marchés mondiaux sur les producteurs canadiens. Afin de demeurer compétitif dans les secteurs de l'agriculture et de l'agroalimentaire, l'économiste en chef de FAC, Jean-Philippe Gervais, croit que la solution doit passer par une augmentation de la productivité.

Pour ce faire, dit-il, « les producteurs canadiens doivent trouver des moyens de réduire leurs coûts tout en augmentant la productivité dans leurs installations actuelles, qu’il s’agisse d’améliorer le rendement à l’acre ou d’extraire plus de matières grasses d’un litre de lait. »

Cependant, selon M. Gervais, les producteurs canadiens ne doivent pas être les seuls à supporter le poids de cette productivité.

L’économiste affirme que le secteur de l’agriculture doit absolument investir dans les domaines de l’innovation et des technologies agricoles afin de favoriser une croissance soutenue de la productivité.

Mais ces investissements ne devraient pas être faits les yeux fermés, estime M. Gervais. Au contraire, les fonds doivent être investis dans les secteurs rentables et en croissance, tout en tenant compte des préférences alimentaires changeantes.

« Les consommateurs recherchent des produits alimentaires sains et pratiques ce qui devrait entraîner une hausse des investissements dans les aliments préemballés et faciles à préparer », explique l’économiste en chef de FAC.

Depuis 2016, le produit intérieur brut relatif à la fabrication de produits alimentaires a augmenté de 5,4 %. Cette industrie représente donc un secteur d’activité intéressant pour les investisseurs, selon M. Gervais.