Retour

Moins de contraventions depuis 5 ans à Rimouski

Le nombre de contraventions délivrées par la Sûreté du Québec sur le territoire de la ville de Rimouski diminue de façon constante depuis cinq ans.

Un texte de Denis Leduc

Selon les données fournies par la SQ, le nombre de constats d'infraction a chuté de presque 900 (17,5 %) entre 2013-2014 et aujourd'hui.

Pour le sergent Claude Doiron de la Sûreté du Québec, il ne faut surtout pas attribuer cette situation à un relâchement de la surveillance policière. Il n'y a pas une seule explication, selon lui, mais le policier insiste sur le comportement des automobilistes.

Une perte financière de 200 000 $ pour la Ville

Si la thèse d'une amélioration du comportement des automobilistes peut être saluée, elle a un revers négatif pour la Ville de Rimouski.

Dans son budget 2018, la Ville estimait que ses « revenus » provenant des contraventions seraient de 775 000 $.

Ce montant est inférieur de 200 000 $ à ce que la Ville engrangeait à ce chapitre en 2013, soit 975 000 $.

Changer le partage de revenus Québec - municipalités

Le maire explique que la Ville ne perçoit pas la totalité des revenus des contraventions. Si la contravention est délivrée sur une route municipale, la Ville perçoit l'amende, mais c'est le gouvernement du Québec qui amasse l'argent si l'infraction est commise sur une route de compétence provinciale, comme l'autoroute 20, qui traverse le territoire municipal.

Depuis le dépôt du budget, le maire a rencontré des membres de l'état-major régional de la Sûreté du Québec. De ces échanges, il a compris que la SQ accentue ses interventions dans les zones jugées les plus à risque. Il se dit d'accord avec cette approche, mais il ne veut pas que sa Ville en fasse les frais.

Le maire Parent dit que la diminution du nombre de contraventions n'est pas qu'une réalité rimouskoise, mais qu'elle existe un peu partout ailleurs au Québec.

En conséquence, il pense que l'on doit engager une réflexion sur le partage des revenus entre Québec et les municipalités.

Il propose d'abandonner la division des revenus selon le type de routes, municipales ou provinciales, pour y substituer une formule territoriale où les amendes de tous les billets d'infraction seraient réparties entre Québec et les municipalités, selon un pourcentage négocié entre les parties.

Le maire Parent dit avoir récemment sensibilisé le président de l'Union des municipalités du Québec à ce problème.

Il faut toutefois noter que même les contraventions données sur les routes qui sont sous la responsabilité du gouvernement provincial à Rimouski ont également diminué au fil du temps.

Selon les chiffres de la Sûreté du Québec, on en comptait 1 515 en 2013-2014 contre 1 046 en 2016-2017.

Plus d'articles