Retour

Montée du prix du pétrole : Estevan optimiste, mais prudente

Les entreprises du secteur pétrolier d'Estevan, une municipalité du sud-est de la Saskatchewan, se portent un peu mieux depuis quelques mois en raison de la hausse du prix du brut. Cependant, les membres de l'industrie restent prudents et n'osent pas se réjouir trop vite.

Un texte de Dominique Brunet-Vaudrin

Darryl Shirley, qui est chef de l’entretien chez Bert Baxter Transport, œuvre dans l’industrie pétrolière depuis plus de 30 ans. Selon lui, la crise qui a commencé au milieu de l'année 2014 est le pire qu’il a vécu. « Le ralentissement dans le secteur qui a eu lieu dans les années 1980 n’était pas aussi désagréable que celui-ci », se souvient-il.

L’entreprise de transport d’équipement pétrolier pour laquelle travaille Darryl Shirley a même procédé au licenciement d’environ deux tiers de ses employés en raison de la situation.

La remontée des cours du pétrole des derniers mois a permis aux dirigeants de l’entreprise d’embaucher quelques employés. Toutefois, ils ne sont pas encore certains de vouloir en recruter d’autres.

Quand le secteur pétrolier meurt, c’est comme éteindre une lumière. Mais quand ça revient, c’est comme remplir une piscine au compte-gouttes.

Darryl Shirley, chef de l'entretien chez Bert Baxter Transport

Un nouveau défi

Le défi actuel est le recrutement de travailleurs qualifiés : plusieurs anciens employés étaient originaires d’autres provinces comme l’Île-du-Prince-Édouard ou la Nouvelle-Écosse et ils ont décidé de quitter la Saskatchewan en raison du manque d’emplois.

Josh Leblanc, le président de la Chambre du commerce d’Estevan, estime que les travailleurs reviendront quand la situation économique sera plus stable. Selon lui, la chute du prix du baril de pétrole a même eu certains impacts positifs pour la municipalité. « D’un autre côté, il y a eu plusieurs solutions créatives qui sont ressorties. Il y avait des entreprises qui travaillaient ensemble pour trouver des moyens de survivre », se souvient-il.

Lynn Chipley, la propriétaire de l’agence immobilière Century 21, a dû diversifier ses activités. Elle offre maintenant à ses clients un service de gestion de location de leurs propriétés pour s’assurer une source de revenus malgré le nombre limité de transactions immobilières.

Lynn Chipley affirme que l’effet de la remontée des cours du pétrole ne s’est pas encore fait sentir dans le secteur de la vente de maison. « Les gens qui reviennent ici [pour travailler dans le secteur pétrolier] vont normalement louer une propriété à leur arrivée. Il reste beaucoup de propriétés à louer donc c’est facile pour eux de le faire », conclut-elle.

Plus d'articles

Commentaires